Omar El-Hussein, tireur présumé de Copenhague, appartenait à un gang

Omar El-Hussein, tireur présumé de Copenhague, appartenait à un gang

DANEMARK – L'auteur présumé de la fusillade de Copenhague semble avoir été à bonne école de la criminalité. Il était notamment connu des services de la police pour appartenir au "gang des Brothas", qui ne serait composé que de jeunes de confession musulmane.

Omar El-Hussein, l'auteur présumé des attentats de Copenhague, était connu de la police. Mais, inscrits à son casier judiciaire, ne figuraient pas d'antécédents pour terrorisme. En revanche, selon les premières informations disponibles, le jeune homme aurait appartenu à un gang sévissant dans le quartier de Norrebro, au nord de la capitale danoise.

C'est d'ailleurs selon toute vraisemblance pour des actes commis au sein de ce gang qu'Omar El-Hussein avait été condamné, puis emprisonné. Deux semaines avant les attentats du 14 février, il sortait de prison pour avoir poignardé, en novembre 2013, un jeune homme de 19 ans dans un train de banlieue à Copenhague.

EN SAVOIR + >> Des bouquets de fleurs à l'endroit où a été abattu Omar El Hussein

Règlements de compte

Alors quelle est la nature de ce gang, bien connu à Copenhague ? Nous savons qu'il se fait appeler "le gang des Brothas" et qu'il a à son actif plusieurs agressions et faits de violences. La presse locale précise que ce groupe extorquerait de l'argent aux commerces du quartier, en échange d'une protection. Par ailleurs, il ne recruterait en son sein que des jeunes de confession musulmane. Difficile pour autant de faire le lien avec une éventuelle radicalisation islamiste du tireur présumé.

La police danoise affirme avoir mené une vaste opération de répression des gangs durant les six premiers mois de 2013, précisant dans un rapport officiel que "les actions criminelles de ces gangs n'affectent pas les citoyens danois ou les communautés expatriées". En d'autres termes, les victimes directement liées à cette organisation – au nombre de trente en 2013 – résulteraient de règlements de compte inter-gangs.

Car Brothas n'est pas le seul groupuscule à agir dans les rues de Norrebro. Il est notamment en conflit avec les "Bandidos" et les "LTF" - "Loyal To Familia". Si la guerre des gangs est une réalité à Copenhague, ces quartiers n'ont pourtant rien à voir avec une quelconque "No Go-Zone". Thomas, un jeune étudiant danois qui vit au cœur de Norrebro, confirme d'ailleurs à Metronews que l'existence de ces gangs ne change en rien sa vie quotidienne : "Autour de chez moi cohabitent beaucoup de communautés et tout se passe très bien".

EN SAVOIR + >> Notre dossier complet sur les attentats de Copenhague

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Hautement transmissible", le variant Omicron exige une "action urgente", selon le G7

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.