ONU : le Portugais Antonio Guterres succède à Ban Ki-moon

DirectLCI
DIPLOMATIE - L'ONU a donc choisi son futur secrétaire général. Comme prévu, le Portugais Antonio Guterres a succédé ce jeudi à Ban Ki-moon.

Nous aurions pu voir une femme prendre la place de secrétaire général de l'ONU, après Ban Ki-moon. Mais non. C'est finalement le Portugais Antonio Guterres, ancien Premier ministre, qui succède au Coréen. Après un vote informel au Conseil de sécurité, mercredi 5 octobre, Antonio Guterres a été désigné jeudi 13 octobre.


Agé de 67 ans, Antonio Guterres est ingénieur de formation, catholique, pro-européen et socialiste. Il se décrit lui-même comme un homme d'action. De député "marteau-piqueur parlant" à Premier ministre du Portugal de 1995 à 2002, en passant par secrétaire général du PS portugais en 1992, Antonio Guterres est un homme politique majeur pour son pays. Mais si le Portugal lui doit le "revenu minimum garanti", Antonio Guterres est aussi l'homme du "non" au référendum de 1998 sur la dépénalisation de l'avortement.


"Clairement favori", aux dires de l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine, Antonio Guterres est donc le leader de la diplomatie mondiale pour les cinq prochaines années. Il est le premier chef de gouvernement à prendre la tête de l'ONU. Il a également été le chef du Haut commissariat pour les réfugiés (UNHCR) durant 10 ans, luttant principalement pour les droits des migrants.

En vidéo

Le Portugais Guterres nouveau chef de l'ONU

L'ONU s'essaye à la transparence

Durant le scrutin de mercredi, les cinq membres permanents du Conseil - Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie - qui disposent d'un droit de veto, avaient voté avec des bulletins de couleur différente des dix autres membres. Dans les scrutins précédents, tous les membres du Conseil, permanents et non-permanents, disposaient des mêmes bulletins. Il a donc été possible de voir pour la première fois si l'un des cinq membres permanents envisageait de bloquer la candidature d'Antonio Guterres.


Le Portugais avait terminé en tête des cinq scrutins préliminaires déjà effectués. Aux deux tours précédents, 12 des 15 pays membres l'avaient "encouragé", deux l'avaient "découragé", émettant donc un vote défavorable, et un dernier était "sans opinion". Le vote a permis de voir que quatre des grandes puissances avaient émis un vote favorable, et l'une d'entre elles a remis un vote "sans opinion". Mais aucun des cinq membres permanents n'a bloqué Antonio Guterres. Celui-ci a même fait mieux qu'aux précédents scrutins, obtenant cette fois 13 votes favorables.

Après huit hommes à la tête de l'ONU depuis sa création, l'élection d'une femme aurait été plus qu'un symbole. D'autant que sur les dix candidats dans les starting-blocks pour succéder à Ban Ki-moon, six étaient des femmes. Après la transparence, il reste encore bien des combats à mener, même à l'ONU.

VIDEO. ONU : Antonio Guterres réagit avec "humilité et gratitude" à sa nomination

En vidéo

ONU : Antonio Guterres réagit avec "humilité et gratitude" à sa nomination

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter