Open Arms, Ocean Viking : combien d'enfants figuraient parmi les migrants à bord de ces bateaux ?

International

Toute L'info sur

À la loupe

IMMIGRATION - Après plus de deux semaines en mer, les migrants de l'Open Arms et de l'Ocean Viking ont pu débarquer à terre sur les îles de Lampedusa et de Malte. La France s'est engagée à en accueillir 190 sur son territoire. Alors que certains saluent cette décision, d'autres - dont des personnalités politiques françaises - dénoncent une immigration économique et non humanitaire et mettent en avant l'absence d'enfants. On en comptait pourtant plus de 130 à bord.

Après avoir été bloqués en mer pendant des jours, l'Open Arms - le navire de de l'ONG du même nom basée à Barcelone - et l'Ocean Viking - dont c'était la première mission de sauvetage pour l'ONG SOS Méditerranée, soutenue par Médecins Sans Frontières -, ont pu accoster sur le territoire de l'Union européenne. 

L'Open Arms a obtenu l'autorisation de jeter l'ancre mardi dernier, le 20 août, sur l'île italienne de Lampedusa, après une inspection du procureur d'Agrigente (Sicile). Les migrants de l'Ocean Viking ont, quant à eux, pu débarquer à Malte dans la soirée du 23 août, après qu'un accord européen de répartition a été conclu avec la France, l'Irlande, le Portugal, la Roumanie, l'Allemagne et le Luxembourg. 

Christophe Castaner a annoncé que 150 migrants de l'Ocean Viking seraient accueillis dans l'Hexagone. Quelques jours plus tôt, 40 migrants du navire espagnol Open Arms avaient été recueillis. L'Espagne, le Portugal, le Luxembourg et l'Allemagne se sont également engagés à accueillir les migrants de ce premier navire. Le commissaire européen aux migrations Dimitris Avramopoulos a salué "un esprit de responsabilité collective".

Mais ces annonces n'ont pas été applaudies par tous, notamment par certains hommes politiques de l’opposition. Un des arguments phares avancés par les partisans d'une fermeture des frontières : ces migrants, naufragés en mer, ne seraient pas des réfugiés mais des migrants économiques. Ils dénoncent notamment une surreprésentation des hommes. 

"Une photo du Parisien qui dit toute la vérité sur l'imposture de ces "réfugiés" que transportent les ONG. On n'y voit que des hommes jeunes, tweete ainsi Jean Messiha, membre du bureau national du RN. Les mères, les soeurs, les compagnes, les filles, elles font quoi ? Elles ne sont pas persécutées, elles ?"

"Il y aurait 103 enfants à bord, selon les dires de médecin du Monde France, mais aucune photo à nous montrer !", poursuit une internaute. 

Le quotidien parisien avait utilisé en illustration d'un article une photographie de l'agence AFP, prise par Anne Chaon, présente sur l'Ocean Viking. 

"Des hommes, des hommes, des hommes, encore des hommes..., poste Nadine Morano, ancienne ministre LR, à l'annonce du débarquement des migrants de l'Ocean Viking à Malte. C’est ça l’immigration de personnes en danger pour Emmanuel Macron ? Où sont les femmes, les enfants, les vieillards ? Qu’ils retournent se battre pour leur pays !!!"

Même attaque concernant les migrants de l'Open Arms. "Bien organisés, il n'y a quasiment que des hommes", reproche Arnaud de St-Germain, en diffusant une vidéo du débarquement sur l'île de Lampedusa dans la soirée du 17 août.

Une trentaine d'enfants évacués de l'Open Arms avant le débarquement

Le navire espagnol Open Arms a accueilli 147 personnes à bord, à l'issue de trois sauvetages en Méditerranée au début du mois d'août. Parmi eux, une trentaine d'enfants, deux bébés et une vingtaine de femmes dont une, enceinte de 9 mois. Comme le montre les clichés réalisés à bord et postés le 8 août par l'ONG Open Arms (ci-dessous), on aperçoit au moins une dizaine de femmes accompagnées de leurs enfants.

Le 13 août, les autorités ont accepté d'évacuer du navire un bébé qui devait recevoir des soins ainsi que sa famille. Là encore des photos attestent de la présence de nourrissons et de mères.

Il convient également de souligner que 27 migrants mineurs non accompagnés ont pu évacuer l'Open Arms dès le 17 août. Alors que le navire était toujours bloqué en mer, le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, avait finalement donné son autorisation tout en soulignant que cela était en "contradiction avec (son) opinion" et qu'il s'agissait de mineurs "présumés". Les 107 autres adultes et mineurs accompagnés avaient quant à eux dû rester à bord.

L'ONG avait publié sur le réseau social Twitter le départ de ces adolescents (cf. ci-dessous). Selon Matteo Salvini, Open Arms faisait état de 2 migrants de 15 ans, 11 de 16 ans et 14 de 17 ans.

Le 20 août, lorsque le procureur d'Agrigente a décidé que les rescapés pouvaient débarquer sur l'île de Lampedusa, il ne restait alors que 83 personnes, principalement des hommes comme le montre effectivement les vidéos du débarquement postées sur les réseaux sociaux. Une cinquantaine de personnes avaient quitté le navire en amont : mineurs isolés, personnes fragiles, malades mais aussi des migrants désespérés qui avaient tenté de rejoindre la terre ferme à la nage.

Les 103 mineurs de l'Ocean Viking

La situation sur l'Ocean Viking est différente puisqu'aucune évacuation n'a été possible en amont du débarquement. L'ensemble des 356 migrants secourus par ce navire a donc posé pied à terre dans la soirée du 23 août, après deux semaines d'attente.

Là encore des enfants étaient présents à bord. SOS Méditerranée fait état de 103 mineurs dont 92 étaient non accompagnés. Comme sur l'Open Arms, on compte de nombreux adolescents. Cinq enfants avaient de 1 à 6 ans. Les femmes sont ici bien moins nombreuses : elles étaient 4 à bord.

Des photos postées par l'ONG Médecins Sans Frontières montrent ces enfants présents sur le bateau.

La majorité des personnes secourues sont ici de jeunes hommes, entre 15 et 25 ans, venus principalement du Soudan, et sauvés en mer entre le 9 et le 12 août. Pour autant, une grande partie d'entre eux restent des mineurs et donc des enfants.

Si les critiques émises sur les réseaux sociaux par les personnalités politiques vues plus haut reposent sur de vraies photos, prises à bord ou lors des débarquements, d'autres vont encore plus loin. En Italie, un cas a récemment fait le "buzz". Une photo montrant de jeunes hommes noirs musclés prenant la pose (ci-dessous) a été présentée comme représentant des migrants sur l'Open Arms. Le but : prouver que ces personnes ne sont pas dénutris, affaiblis ou blessés mais bien en forme et venus en Europe uniquement pour des motifs économiques.

En réalité, il s'agit d'un cliché du chanteur Tequila Taze (Tazer Black sur les réseaux sociaux) prise lors du festival londonien Wireless en 2015. On la retrouve ainsi postée le 5 juillet 2015 sur Instagram.

Elle avait déjà été utilisée en juin et juillet dernier pour s'attaquer au migrants d'un autre navire, le Sea Watch. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Lire et commenter