Oscar Pistorius condamné pour meurtre en appel

Oscar Pistorius condamné pour meurtre en appel

DirectLCI
JUSTICE - Conformément à la demande du parquet, qui n'était pas parvenu à obtenir gain de cause lors du premier procès, Oscar Pistorius a été condamné jeudi en appel par la justice sud-africaine pour "meurtre", et non plus pour "homicide involontaire". Un verdict qui pourrait prochainement le faire écoper d'une peine de prison allant de 15 à 20 ans.

En première instance, sa condamnation pour "homicide involontaire" avait soulevé de nombreuses questions, notamment du côté des experts, qui mettaient en doute le scénario du champion paralympique, qui assurait avoir tué sa compagne Reeva Steenkamp par accident. Finalement, jeudi, les juges de la cour d'appel ont décidé de requalifier les faits, conformément à la demande du parquet : ils ont ainsi condamné Oscar Pistorius pour "meurtre".

Ce dernier devrait prochainement connaître sa sentence. Mais selon la loi sud-africaine, ce verdict pourrait lui faire écoper d'une peine de prison allant de 15 à 20 ans. Soit bien plus que la peine à 5 ans de prison dont il a écopé en première instance, et qu'il purgeait, depuis le 19 octobre, chez son oncle à Pretoria, dans le cadre d'une assignation à résidence.

Pas de nouveau procès

L'accusé est "coupable de meurtre, ayant eu des intentions criminelles" au moment des coups de feu, a déclaré jeudi le juge Eric Leach, précisant que l'affaire était "renvoyée à la juridiction de première instance pour revoir la sentence". Ceci n'implique pas un nouveau procès, mais simplement une nouvelle délibération pour modifier la peine de prison.

Dans le détail, la Cour d'appel n'a pas remis en cause la version de l'accusé, affirmant qu'il croyait qu'un cambrioleur s'était introduit dans la maison, et qu'il ignorait que son amie ne se trouvait plus dans le lit au moment où il a fait feu. Mais elle a retenu le fait qu'Oscar Pistorius, en tirant quatre balles de gros calibre à hauteur d'homme dans la porte d'un étroit cabinet de toilette, ne pouvait pas ignorer qu'il risquait de tuer quelqu'un, quelque que soit la victime. "Il est inconcevable qu'une personne raisonnable ai pu penser qu'il était autorisé à tirer avec une arme de gros calibre", a notamment fait valoir le juge.

EN SAVOIR +

>> Les cinq moments-clé d'un procès hors normes
>>
Le juge aurait pu aller plus loin
>> Retrouvez toutes nos informations sur l'affaire Pistorius

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter