Oscar Pistorius dans les starting-blocks pour son marathon judiciaire

Oscar Pistorius dans les starting-blocks pour son marathon judiciaire

International
DirectLCI
AFRIQUE DU SUD - La star du sport paralympique est jugée à partir de lundi à Pretoria pour le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp. Le 14 février 2013, Oscar Pistorius avait tiré à plusieurs reprises sur le mannequin qui se trouvait dans sa salle de bain, pensant qu'il s'agissait d'un cambrioleur. Un scénario peu crédible pour l'accusation qui va devoir faire face à une équipe choc d'experts recrutée par l'accusé. Un procès hors norme s'annonce.

Un procès hors norme et surmédiatisé s'ouvre lundi en Afrique du Sud. Celui de l'icône déchue du pays, Oscar Pistorius, accusée du meurtre de sa petite amie, le mannequin Reeva Steenkamp, le soir de la Saint-Valentin il y a un an à Pretoria. Une centaine de personnes est attendue à la barre pour tenter de comprendre un drame sans témoin, qui s'est joué au cœur de la luxueuse villa fortifiée de celui que le monde sportif surnommait alors Blade Runner, en référence à ses prothèses en carbone. Une chaîne de télévision spécialement créée pour l’événement retransmettra les audiences en direct et des centaines de journalistes du monde entier seront sur place pour couvrir l'histoire tragique, un acte prémédité selon l'accusation, accidentel selon la défense.

Une frénésie médiatique autour d'un sportif dont l'abnégation avait été érigée au rang de symbole avant cette nuit du 14 février 2013. Né sans péronés et amputé des tibias à l'âge de 11 mois, le multimédaillé a été le premier handicapé à courir avec des valides aux Jeux olympiques. "La définition même de l'inspiration mondiale", écrivait alors le magazine Time en le classant parmi les personnes les plus influentes de l'année 2012.

Rattrapé par son ombre

Mais un an plus tard, en tirant à quatre reprises sur sa compagne de 29 ans à travers la porte de sa salle de bain car il pensait, selon ses dires, qu'il s'agissait d'un cambrioleur, Oscar Pistorius avait exhumé la facette sombre de sa personnalité : un passionné d'armes ne se déplaçant jamais sans son 9mm, excessif voire paranoïaque, parfois possessif avec ses conquêtes. Deux portraits antagonistes, à l'image de ces vidéos diffusées sur Sky News à la veille de l'ouverture des débats. L'une le montre dix jours avant le meurtre dans un magasin en train de rire et d'embrasser Reeva Steenkamp. L'autre, quelques mois auparavant, maniant avec sang-froid une arme à feu dans un stand de tir.

Jusqu'au 20 mars, le procureur tentera de démontrer que le scénario avancé par Oscar Pistorius ne tient pas la route. Que le couple s'était violemment disputé peu avant, et qu'il a bien tiré en toute connaissance de cause sur Reeva Steenkamp. Mais l'athlète à la volonté de fer, qui risque plus de 25 ans de prison, a embauché à prix d'or une armada d'experts scientifiques, de conseils en communication et de stars du barreau pour sa défense. Bien décidé a remporté ce marathon judiciaire.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter