Un cas en Asie, des millions d'abeilles victimes collatérales : où en est-on sur le front de Zika ?

International

RISQUES - Alors qu’un tiers de l’humanité vit dans des pays où le virus Zika pourrait encore se propager selon une étude, plusieurs facteurs laissent penser que la propagation du virus n’est pas prête de s’arrêter.

Un tiers de l’humanité vit dans des pays où le virus Zika pourrait encore se propager, met en garde une étude publiée ce vendredi dans la revue médicale britannique The Lancet Infectious Diseases. Cette évaluation est la première de ce type sur les risques de transmission de l’infection qui a déjà touché 1,5 million de personnes au Brésil. Suivant les recommandations de son Comité d'urgence sur le virus Zika et la microcéphalie, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé ce vendredi la prorogation du statut d'urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) en lien avec le virus qui se transmet par le moustique tigre ou par relations sexuelles.

L’Inde et la Chine en tête

Bénin chez la plupart des gens, le virus est tenu pour responsable de complications neurologiques et surtout de graves anomalies du développement cérébral, microcéphalies, chez des bébés nés de mères contaminées. Les pays les plus concernés sont l'Inde où 1,2 milliard de personnes pourraient être exposées au virus, la Chine (242 millions), l'Indonésie (197 millions), le Nigeria (178 millions), le Pakistan (168 millions) et le Bangladesh (163 millions). Mais d'autres pays comme le Vietnam, les Philippines, la Thaïlande sont également directement concernés au même titre que plusieurs autres pays africains (République démocratique du Congo, Tanzanie, Soudan).

Les scanners thermiques réactivés à l’aéroport indonésien

Le chef des relations publiques des aéroports indonésiens, Agus Haryadi, a déclaré à un journal local avoir réactivé les scanners thermiques à l’aéroport international de Suharto-Hatta (Jakarta) : "Nous réactivons ces appareils chaque fois qu’une épidémie mondiale est déclarée, comme nous l’avons fait pour le Sras en 2004 et pour la grippe aviaire en 2010", a-t-il expliqué à Koran Tempo.  

Premier cas présumé signalé en Malaisie

Un premier cas présumé du virus Zika a été signalé en Malaisie, une femme de 58 ans qui l'aurait contracté à Singapour où 150 cas ont été confirmés. La Malaisienne aurait contracté le virus lors d'une visite, fin août dans la ville-Etat voisine, à sa fille, elle-même porteuse du Zika, a détaillé le ministère de la Santé malaisien dans un communiqué. A Kuala Lumpur, elle a été diagnostiquée porteuse "suspecte" du virus, après avoir passé un test d'urine. La confirmation du cas, via des tests sanguins, est toujours en attente.

Des moustiques porteurs découverts à Miami

Le virus du Zika a été détecté chez des moustiques découverts à Miami, une première sur le territoire continental des Etats-Unis qui confirme sa transmission locale, ont annoncé les autorités de Floride jeudi. Les moustiques ont été capturés à Miami Beach, île très touristique faisant face à cette ville du sud-est des Etats-Unis, où des cas de personnes infectées ont déjà été signalés. Les premiers cas de transmission locale du virus du Zika à Miami Beach avait été signalés à la mi-août.

Les ouragans américains accélèrent-ils la propagation ?

L’organisation mondiale de la santé prévient que le virus Zika pourrait se propager davantage aux Etats-Unis en raison du climat. Le docteur David Heymann, président du comité d'urgence de l'OMS explique : "Je ne peux vous dire ce qu’un ouragan pourrait faire à des moustiques qui transportent le virus Zika, s’ils se retrouvaient piégés à l’intérieur. En revanche, ce que je peux dire, c’est qu'un ouragan apporte beaucoup d'eau, et donc beaucoup de sites de reproduction pour les moustiques. Ce qui est très mauvais pour contrôler l’épidémie, car ils augmentent les sites dans lesquels les moustiques peuvent se reproduire, tout comme  les inondations ou les pluies."

2,5 millions d’abeilles mortes à cause d’un insecticide pour moustiques porteurs du virus

Des apiculteurs de Caroline du Sud, dans le sud-est des Etats-Unis, ont découvert cette semaine des millions d'abeilles mortes après une campagne d'épandage aérien d'un pesticide controversé, afin d'éliminer les moustiques porteurs du virus Zika. Selon la chaîne locale WCSC, le groupe apicole a perdu 46 ruches et 2,5 millions d'abeilles depuis lundi. Le comté de Dorchester en Caroline du Sud, dont dépend en partie Summerville, a reconnu avoir ordonné l'épandage aérien d'insecticide tôt dimanche 28 août, après la détection de quatre cas de personnes touchées par le Zika dans cette zone deux jours plus tôt.

En vidéo

Zika : l'arrivée de la saison des moustiques en Europe fait craindre le pire à l'OMS

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter