Ouragan Harvey sur le Texas : "On a juste à attendre en croisant les doigts"

TÉMOIGNAGE – Installée près de Houston, Cassandra Logan Cantareil nous explique comment vit la population texane avec l’arrivée de l’ouragan Harvey. Une situation que cette Franco-américaine ne connaît que trop bien pour avoir déjà fait face à Sandy quand elle vivait à New York.

LCI : Quelle est la situation au Texas depuis l’arrivée de l’ouragan Harvey ?

Cassandra Cantareil : On a beaucoup de pluie, des trombes d’eau par intermittence. Quand ça tombe ici, c’est tropical. Le pire est à venir lundi car les rivières vont déborder. L’ouragan est stationnaire. Mais nous sommes à côté d’un bayou alors on surveille. On a reçu six alertes (des autorités, ndlr) rien que cette nuit. Nous n’avons pas encore d’alligator dans le jardin, mais cela pourrait venir. Surtout les serpents en fait...

LCI : Comment êtes-vous alertés ?

Cassandra Cantareil : Je suis les informations à la télévision. Mais nous avons aussi des alertes sur le téléphone pour les ouragans, tornades, inondations, etc. Ça émet un son très particulier et reconnaissable en plein milieu de la nuit. Un bruit qui réveille ! Mais ça prouve que c’est efficace car, ici, tout le monde reconnaît le son et c’est que c’est une alerte.

LCI : On sent que vous avez l’expérience des situations…

Cassandra Cantareil : C’est le huitième pour moi, dans trois pays différents. J’ai déjà connu Sandy à New York (en 2012, ndlr) où nous étions restés une semaine sans courant. Je sais par expérience qu’il n’y a rien à faire sauf à être vigilant. S’il y a évacuation, ce que je ne crois pas d’après les informations, tout est organisé. Les habitants sur la côte souffrent plus que nous car, eux, ils font face à des destructions. A Corpus Christi, ils ont eu de sacrés dégâts. Des arbres ont cassé. Nous, notre risque en agglomération, ce sont surtout les inondations.

LCI : Comment s'organise-t-on en cas d'ouragan ?

Cassandra Cantareil : Pour le moment, nous avons surtout essayé de tout mettre en hauteur dans la maison. Tant qu’il y a du courant, ça va ! Mais nous sommes bien équipés : la radio-tempête qui recharge à coup de manivelle les portables en plus de faire de la lumière et radio, les piles et batteries, les lampes tempêtes et bougies, des litres d’eau potable, le barbecue et la bonbonne de gaz. Les machines sont faites car on ne pourra peut-être pas faire de lavage durant une semaine avec des réseaux saturés. Il faut aussi prévoir du liquide pour aller s’approvisionner lorsque les magasins rouvrent sans courant. Et puis là, on a ressorti les bottes et l’imper, les balais pour pousser l’eau toute la nuit hors de la maison si nécessaire et les torches pour s’éclairer. On a aussi prévu des jeux de société pour s’occuper en cas de coupure de courant. Impossible de faire plus, on a juste à attendre en croisant les doigts. Je positive : au moins, nous n'aurons pas froid au Texas.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'ouragan Harvey frappe les Etats-Unis

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter