Pakistan : sa schizophrénie non reconnue comme maladie mentale, un homme condamné à mort

Pakistan : sa schizophrénie non reconnue comme maladie mentale, un homme condamné à mort
International

PEINE DE MORT – La Cour suprême pakistanaise a confirmé la condamnation à mort d'Imdad Ali, expliquant que la schizophrénie dont il souffre n’est pas "une maladie mentale" pouvant différer son exécution.

Imdad Ali sera bien exécuté le 2 novembre. Le recours déposé par sa femme à la Cour suprême du Pakistan plaidant sa maladie mentale n’a pas donné lieu à une suspension de sa condamnation. Sa schizophrénie n’a pas été reconnue comme un motif valable pour échapper à la peine de mort, rapporte The Express Tribune. "Selon nous, les règles relatives à la maladie mentale ne permettent pas de retarder la sentence de mort infligée au condamné", a précisé la Cour. D’après elle, la schizophrénie ne tombe pas dans la définition légale de la maladie mentale.

La femme d’Imdad Ali avait demandé à la Cour suprême de retarder l’exécution pour qu’il soit traité médicalement afin de pouvoir rédiger son testament. Il avait été condamné à mort pour un meurtre commis en 2002. Le président de la Cour a également rejeté une pétition demandant sa grâce.

Lire aussi

    En vidéo

    Il y a 34 ans, la France abolissait la peine de mort

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : près de 50.000 nouveaux cas détectés en 24 heures

    Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

    CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

    EN DIRECT - Attentat de Nice : la ville se recueille près de la basilique

    Un puissant séisme secoue l'ouest de la Turquie, au moins 14 morts

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent