Pakistan : un attentat revendiqué par des talibans et Daech fait au moins 70 morts

International

TERRORISME - Plus de 70 personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessées lorsqu'un kamikaze a fait détonner, ce lundi, sa charge explosive au milieu d'une foule en deuil devant un hôpital du sud-ouest du Pakistan. Les talibans ont revendiqué l'attaque. Lundi soir, c'est Daech qui en prenait la responsabilité.

Il s'agit du deuxième attentat le plus meurtrier du pays cette année. Après avoir connu un carnage -75 victimes- il y a quelques mois, lors du week-end de Pâques, le Pakistan a vécu ce lundi un nouvel attentat devant un hôpital de Quetta, dans le sud-ouest du pays. Et le bilan provisoire est très lourd : au moins 70 personnes ont été tuées, et plus d'une centaine ont été blessées. Dans l'après-midi, l'attaque a été revendiquée par le groupe à l'origine du carnage de Pâques. 

Un porte-parole de Jamaatul Ahara, faction des talibans pakistanais parmi les plus violents du pays, a déclaré dans un email envoyé aux journalistes que son groupe "prend la responsabilité" de l'attentat dans la ville de Quetta, promettant d'autres attaques "jusqu'à l'imposition d'un système islamique au Pakistan". Ce lundi soir, c'est le groupe Etat islamique qui le revendique. A travers son agence de propagande Amaq, l'EI a annonce qu'"un kamikaze de l’Etat islamique a déclenché sa ceinture explosive lors d’un rassemblement d'employés du ministère de la Justice et de la police pakistanaise dans la ville de Quetta"

EN SAVOIR + >> VIDEO - Pakistan: carnage à Lahore dans un attenat visant des chrétiens

70 morts et 122 blessés

Un kamikaze a fait détonner sa charge explosive au milieu d'une foule en deuil devant un hôpital du sud-ouest du Pakistan. La bombe a explosé alors qu'environ 200 personnes, dont nombre d'avocats et de journalistes, étaient rassemblées devant les urgences de l'Hôpital civil de Quetta, après l'assassinat, quelques heures plus tôt du bâtonnier de la province, Bilal Anwar Kas.

Selon la police, le kamikaze portait "huit kilogrammes d'explosifs, remplis d'éclats et de billes de métal". "Le bilan a atteint 70 morts et 112 blessés," a indiqué à la presse le Dr Masoood Nausherwani, chef des services de Santé du Baloutchistan, province instable dont Quetta est la capitale.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter