"Panama Papers" : le drôle de destin d'un chef d'œuvre de Modigliani

International

ART - Les révélations du scandale Panama Papers n'en finissent pas d'éclabousser les personnalités de premier plan du monde de la politique, du sport ou encore des affaires. Cette fois, l'un des plus influents marchands d'art au monde pourrait détenir un Modigliani spolié par les nazis à un Parisien.

On trouve de tout dans les "Panama Papers". Y compris des toiles de maîtres. Les médias suisses ont révélé cette semaine que le vaste scandale d'évasion fiscale dévoilé à partir de millions de données issues du cabinet d'avocats panaméen Mossak Fonseca a permis de retrouver la trace d'un tableau du célèbre peintre italien Amedeo Modigliani.

A LIRE AUSSI >> Notre dossier consacré aux Panama Papers

Les "Panama Papers" auraient en effet permis de retrouver le véritable nom du propriétaire actuel de l'œuvre évaluée à plus de 20 millions d'euros. Deux jours après l'ouverture d'une enquête en lien avec ces révélations, la police genevoise a effectué une perquisition sur le site des Ports francs de Genève, devenu la véritable caverne d'Ali Baba de l'art mondial avec des centaines de milliers d'œuvres, dont certaines signées des plus grands artistes tels Picasso, Warhol ou Degas. Autant de créations issues de collections privées, de marchands d'art ou de musées qui trouvent là une sécurité optimale, mais aussi une fiscalité avantageuse et une certaine opacité...

Bataille juridique

Selon Le Temps , la perquisition a visé la société de stockage d'œuvres d'art Rodolphe Haller qui affirme conserver le tableau de Modigliani, "L’homme assis appuyé sur une canne", pour le compte de la société International Art Center (IAC). Ce lundi, le quotidien a rapporté que la toile avait bien été retrouvée dans les entrepôts des Ports Francs genevois et qu'elle avait saisie par les autorités locales qui n'ont pas donné plus d'informations. Selon les "Panama Papers", néanmoins, l'IAC ne serait qu'une société écran créée par Mossak Fonseca et derrière laquelle se cacherait David Nahmad, un célèbre marchand d'art new-yorkais, à la tête d'une fortune évaluée à plus de 1,8 milliard de dollars, selon Forbes.


Une révélation qui intéresse particulièrement la justice américaine, saisie il y a cinq ans par la société canadienne Mondex Corp, spécialisée dans la traque d’objets spoliés. Cette dernière soupçonne en effet que la toile de Modigliani ait été volée par les nazis à un collectionneur d'art juif qui a fui Paris en 1939, Oscar Stettiner.

C'est au nom de son petit-fils, un agriculteur français retrouvé par Mondex Corp, que la société canadienne a porté l'affaire devant la justice. Jusqu'à présent, la famille Nahmad s'est toujours défendue de posséder le tableau, acquis 3,2 millions de dollars par l'IAC en 1996, lors d'une vente aux enchères organisée par Christie's, à Londres. Pourtant, en 2005, rapporte le Financial Times, la toile a été exposée à la galerie Helly Nahmad, appartenant... au fils de David Nahmad, à New York, avant d'être proposée à une vente aux enchères à Sotheby's. Sans toutefois trouver preneur.

A LIRE AUSSI 
>>  PHOTOS - Le "Nu couché" de Modigliani bat des records chez Christie's
>> 
Un tableau de Modigliani vendu 13,5 millions d'euros aux enchères

Lire et commenter