Panique à l'aéroport JFK de New York après une fausse alerte attentat

International

PLUS DE PEUR QUE DE MAL - Une fausse alerte attentat a semé la terreur à l'aéroport John F. Kennedy de New York le 14 août. Deux terminaux ont été évacués et des centaines de personnes se sont couchées au sol sur ordre de la police.

Des rumeurs de tirs ont provoqué des mouvements de panique dans le principal aéroport de New York dimanche soir et conduit les autorités aéroportuaires à évacuer au moins deux terminaux. Plusieurs centaines de passagers ont été bloqués pendant plus de deux heures dans le terminal 1 de l'aéroport international John F. Kennedy, a raconté une journaliste de l’AFP, qui a vu des policiers armés en train de courir.

La foule a été prise de panique lorsque des policiers ont ordonné aux passagers de se mettre à terre, avant de les évacuer sur le tarmac et de les conduire à travers un couloir. Selon l'autorité portuaire de New York et du New Jersey, l'enquête préliminaire a conclu qu'aucun coup de feu n'avait été tiré et qu'aucun blessé n'était à déplorer dans l'immédiat. 

"Pas de coups de feu tirés"

"A l'heure actuelle, aucune douille ou autre preuve de coup de feu tiré n'a été trouvée", a-t-elle indiqué dans un communiqué. "L'enquête se poursuit et des policiers ont été déployés à JFK ainsi qu'à l'aéroport de La Guardia", a-t-elle ajouté. Un porte-parole, Joe Pentangelo, a indiqué que les informations faisant état de coups de feu étaient, selon la police aéroportuaire, "sans fondement".

Le chef des opérations spéciales de la police de New York, Harry Wedin, a par ailleurs indiqué que tous les terminaux de l'aéroport avaient été fouillés. "Tous les terminaux affectés vont bientôt reprendre leurs opérations. Pas de coups de feu tirés", a-t-il dit sur Twitter. La fausse alerte a également provoqué d'importants retards.
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter