Pâques : en Allemagne, il est interdit de danser pendant les fêtes religieuses

International

ABSURDE MAIS VRAI - "L’interdiction de danser" qui accompagne certaines fêtes religieuses en Allemagne continue à jouer les rabat-joie à chaque week-end de Pâques.

Croyez-le ou non : "l’interdiction de danser" est bel et bien inscrite dans la loi allemande et, à chaque approche de Pâques, la polémique sur le "Tanzverbot" ressurgit. Cette loi concerne les concerts ou fêtes publiques, mais aussi par exemple les événements sportifs. 

Chaque Etat régional a ses propres jours d’interdiction, soit toute la journée, soit pendant des plages horaires strictement définies. Celle du Vendredi Saint est la plus draconienne. Elle concerne tous les 16 Länder (Etats régionaux) et s’applique dans 13 d’entre eux toute la journée. Dans certains, elle se poursuit même le samedi, voire jusqu’au dimanche midi.

Voir aussi

Des flash-mobs dansants anti-Tanzverbot

Cette loi est d'autant plus insolite que l'Église elle-même remet en cause l'application à la lettre du Tanzverbot: "Il vaudrait mieux interdire les événements bruyants qui ont lieu dans l'espace public plutôt que dans les clubs", estime Stephan Krebs, porte-parole de l'Église évangélique dans la Hesse et Nassau, faisant référence aux différents flash-mobs dansants anti-Tanzverbot.

Dans la pratique, discothèques et autres clubs doivent fermer boutique ce jour-là, ou ne pas laisser festoyer leurs clients trop bruyamment. "Les patrons de restaurant et de discothèques savent bien qu’ils risquent des amendes", a expliqué un porte-parole de la police de Stuttgart, laquelle n’a pratiquement pas constaté de violations de "l’interdiction de danser" vendredi. 

Par ailleurs, les matchs du vendredi du championnat allemand de football, la Bundesliga, sont également supprimés le Vendredi Saint.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter