"Paradise Papers" : Lewis Hamilton, Madonna, Bernard Arnault... ces personnalités au cœur du scandale

DirectLCI
LISTE - Depuis plusieurs jours, les révélations de pratiques massives d'optimisation fiscale se multiplient, frappant de nombreuses personnalités. Membres de famille royale, milliardaires en vue ou stars de la chanson et du sport. Les "people" ne sont pas en reste quand il s'agit d'échapper à l'impôt.

Depuis dimanche, les révélations s'égrènent chaque jour concernant les "Paradise Papers", et n'épargnent personne. Au milieu de grands groupes tels qu'Apple, Nike, Dassault ou encore Total, de nombreuses personnalités publiques ont vu leur noms cités dans ce scandale d'optimisation fiscale. Ainsi, la Reine Elizabeth II d'Angleterre, a été l'une des premières à apparaître dans les documents piochés par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ). Elle disposerait, via le Duché de Lancaster, d'une dizaine de millions de livres sterling d'avoirs dans des fonds aux Iles Caïmans et aux Bermudes. Des avoirs investis dans de nombreuses sociétés dont Brighthouse, une entreprise de location-vente d'électroménager accusée de profiter de la misère via des remboursements à taux d'intérêt prohibitifs.

La reine, le prince et le champion de F1

Son fils, le prince Charles, aurait quant à lui milité pour la modification de certains accords sur le changement climatique. Le tout sans révéler que le Duché de Cornouailles, une de ses sources - mirifiques - de revenus, avait investi dans une société basée aux Bermudes qui profiterait de ses propositions. Toujours outre-Manche, l'actrice Keira Knightley aurait investi dans une société immobilière sur l'île anglo-normande de Jersey alors que le champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton aurait utilisé une société-écran sur l'île de Man pour économiser la TVA sur l'achat d'un nouveau jet privé de plus de 18 millions d'euros.


Quant au chanteur du célèbre groupe U2, l'Irlandais Bono, les documents font de lui l'actionnaire d'une entreprise maltaise ayant investi dans un centre commercial lituanien, via une holding ayant recouru à des techniques d'optimisation fiscale illégales. Selon Le Monde, l'homme d'affaires et grand financier du parti conservateur britannique Lord Ashcroft aurait quant à lui dissimulé une partie de ses actifs aux Bermudes.

Les stars Madonna et Shakira également ciblées

De l'autre côté de l'Atlantique, politiques et personnalités du show-business sont également accusés d'avoir eu recours à l'optimisation fiscale. Le secrétaire d'Etat au Commerce américain Wilbur Ross serait à la tête de 31% d'une société de transport maritime, Navigator Holdings, via des sociétés offshore. Une société dont l'un des principaux clients serait Sibur, la société gazière russe, contrôlée par des proches du président Vladimir Poutine. Ami du Premier ministre canadien et grand pourfendeur de l'évasion fiscale Justin Trudeau et trésorier de son parti lors de la campagne de ce dernier en 2015, le philanthrope Stephen Bronfman aurait placé près de 52 millions d'euros dans une société offshore aux Iles Caïmans.


Du côté des stars, la reine de la pop Madonna aurait effectué la même manoeuvre que Bono, à savoir acheter des parts dans une société de fournitures médicales aux Bermudes, bénéficiant de taxes sur la plus-value quasiment inexistantes. Concernant la chanteuse colombienne Shakira, elle serait, selon Le Monde, domiciliée aux Bahamas pour des raisons fiscales, bien que résidant à Barcelone. Elle aurait également transféré au Luxembourg et à Malte ses droits d'auteur, estimés à 31,6 millions d'euros.

En vidéo

Qui sont les Français des "Paradise papers" ?

Niel, Arnault et Annaud parmi les Français cités

En France, des personnalités publiques ont également été épinglées par l'ICIJ. Le milliardaire français Bernard Arnault et son groupe LVMH sont soupçonnés d'avoir placé "des actifs dans six paradis fiscaux", selon Le Monde, dont un yacht détenu par une société maltaise et une luxueuse propriété londonienne. L'avionneur et patron du Figaro Serge Dassault a également été cité, accusé de faire échapper ses jets à la TVA en se servant des largesses de l'île de Man.


Le cinéaste Jean-Jacques Annaud aurait également caché près d'1,48 million de dollars (1,2 million d'euros) au  fisc français, selon Radio France et Le Monde, en créant une structure juridique appelée Los Condores Trust, domiciliée aux îles Caïmans. Enfin, Xavier Niel, le fondateur de Free et actionnaire du "Monde" aurait créé une société à Malte dans le but de codétenir un luxueux yacht, le "Phocéa", qui appartenait jadis à l'homme d'affaires Bernard Tapie.

Plus d'articles

Sur le même sujet