"Parfait" : la satisfaction (inquiétante) de Kim Jong-Un, après le nouveau tir de missile de la Corée du Nord

International
TENSIONS - Quelques semaines après d'importantes crispations diplomatiques entre le régime de Pyongyang et les États-Unis, la Corée du Nord a opéré avec succès un nouveau tir de missile à moyenne portée dimanche. Une provocation supplémentaire, malgré les menaces de sanctions des Nations Unies et de l'administration Trump.

Regain de tensions. Après un mois d'avril très agité sur le front diplomatique entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, les deux pays se menaçant de guerre totale..., le nouvel épisode d'un tir de missile opéré par Pyongyang dimanche ne devrait pas calmer la situation. Toujours lancé dans sa quête de mettre mettre au point un engin intercontinental capable de frapper des cibles américaines, Kim Jong-Un, le leader suprême du régime, a ainsi lui-même supervisé ce lancement du Pukguksong-2 (le nom de ce missile à moyenne portée, qui a parcouru environ 500 kilomètres avant de s'abîmer en mer du Japon, selon les forces armées sud-coréennes). 

Ce nouveau tir, il y en a eu une dizaine depuis le début de l'année, a évidemment suscité un énième concert de condamnations internationales. Washington, Séoul et Tokyo dénonçant ce nouveau lancement et réclamant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU qui aura lieu mardi. Il a en revanche produit la grande satisfaction de Kim Jong-Un qui, selon l'agence de presse officielle du régime de Pyongyang KCNA, a déclaré "avec fierté" que l'engin était "très précis". Estimant encore que ce nouveau tir était "parfait", le leader du régime nord-coréen en a profité pour approuver "le déploiement opérationnel de ce système d'armes"...

Un missile à mise à feu immédiate

Une vraie inquiétude pour tous les spécialistes, car le Pukguksong-2 a pour la première fois été alimenté par du combustible solide, qui permet une mise à feu immédiate, toujours d'après KCNA. Cette technologie raccourcissant considérablement le délai dans lequel pourrait avoir lieu une intervention pour empêcher des tirs. Et dans l'éventualité d'une attaque contre les Etats-Unis ou l'un de ses pays alliers qui pourrait être pris pour cible par la Corée du Nord, Washington devrait prendre beaucoup plus vite une décision de cette nature...

Vraiment pas rassurant, quand on sait que pour là première fois, là aussi, le journal Rodong Sinmun, porte-voix du parti unique au pouvoir, a, en plus de photos où l'on peut voir Kim Jong-Un tout sourire après ce tir, publié des clichés de la Terre prises par le missile depuis l'espace. Le tout, dans un contexte où l'administration Trump craint toujours un sixième essai nucléaire après les deux tests de 2016 et a déjà avertit qu'en cas de nouvelle provocation de la Corée du Nord, l'option militaire était sur la table.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter