Pas de délégation française pour l'investiture de Trump ? En fait, c'est normal

Pas de délégation française pour l'investiture de Trump ? En fait, c'est normal
International
CONTROVERSE - Certains élus de droite s'étaient indignés dimanche de l'absence de délégation française à l'investiture de Donald Trump le 20 janvier prochain. L'ambassadeur de France aux Etats-Unis leur a appris qu'il s'agissait d'un "événement purement national".

Le 20 janvier Donald Trump, va devenir président des Etats-Unis en l'absence de François Hollande et de son Premier ministre Bernard Cazeneuve, comme le rapporte Le Figaro ce dimanche. Selon le quotidien, il n'y aura d'ailleurs aucun responsable français à la tribune officielle. Ce qui a visiblement beaucoup surpris, à tort, certains élus de droite qui en ont profité pour rappeler la présence de Ségolène Royal aux funérailles de Fidel Castro à Cuba début décembre. A l'époque, la ministre de l'Ecologie, et la n°3 du gouvernement avait créé la polémique en défendant le régime castriste


Suite à l'absence des plus hauts représentants de l'Etat à Washington, on remarquera par exemple les réactions sur Twiter des députés Eric Ciotti (Alpes-Maritimes), de Thierry Solere (Hauts-de-Seine ) ou encore de Sébastien Huyghe (Nord).

Mais ces derniers semblent avoir oublié qu'en 2012, Nicolas Sarkozy n'était pas davantage présent à l'investiture de Barack Obama en 2009. L'Elysée avait précisé à l'époque que ce n'était pas la "coutume" et qu'"aucun chef d'Etat" n'y participerait, comme le rappelle Les Echos sur sur son site internet. 

"Un événement purement national"

C'est ce qu'a d'ailleurs rappelé ce dimanche l'ambassadeur de France aux Etats-Unis, Gérard Araud, sur son compte Twitter. "L'investiture du président est un évènement purement national", explique-t-il. En conséquence, il n'y a donc "pas de délégagations étrangères. Seuls sont invités les ambassadeurs", comme lui. 

Au total, environ un million d'invitations ont été émises pour assister à cet évènement, comme le rapporte Le Figaro. Mais en réalité, les militants républicains devraient représenter un grand nombre de ces invités. Outre les 180 ambassadeurs conviés, seuls deux chefs d'Etat échappent généralement à la règle expliquée plus haut : celui du Canada et celui du Mexique, ses deux voisins. Mais Justin Trudeau a d'ores et déjà indiqué qu'il était occupé ailleurs, précise le quotidien français. Et il serait étonnant d'y voir Enrique Pena Nieto, à qui Donald Trump veut faire payer un mur entre les deux pays. 

En vidéo

A quelques jours de sa prise de fonction, quelle stratégie pour Donald Trump ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter