"Pas de piqûre, pas de boulot" : les Fidji rendent obligatoire la vaccination contre le Covid-19

Habitante de Suva recevant une dose du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca.

INTERNATIONAL - Dans les semaines à venir, les employés fidjiens vont devoir se faire vacciner contre le Covid-19... Sous peine de perdre leur emploi.

Il y a la manière douce, l'incitation, et la manière forte, l'obligation. Face à une nouvelle flambée épidémique liée au variant Delta du Covid-19, les Fidji ont opté pour la seconde solution. Les autorités locales ont ainsi décidé de rendre obligatoire la vaccination - un sujet actuellement en débat en France, mais pour certaines professions seulement. Dans le cas où ils n'auraient pas reçu leur première injection au 15 août, les fonctionnaires fidjiens devront ainsi prendre une période de congés. Ils risqueront même d'être renvoyés si la deuxième dose ne leur était pas administrée avant le 1er novembre. 

Pour ce qui est du secteur privé, les employés devront avoir reçu leur première dose dès le 1er août. En cas d'infraction, le travailleur sera passible d'une lourde amende et son employeur risquera une fermeture administrative. "Pas de piqûre, pas de boulot ('No jabs, no job'), voilà ce que la science commande pour des raisons de sécurité, et voilà ce qu'est désormais la politique du gouvernement", s'est justifié le Premier ministre Frank Bainimarama. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Lire aussi

Négligence et méfiance

Cette décision drastique s'explique par l'urgence de la situation sanitaire dans l'archipel. La population est aussi largement pointée du doigt pour son manque de discipline vis-à-vis des recommandations sanitaires, et notamment les impératifs de distanciation sociale et l'obligation de port du masque. De même, la campagne de vaccination souffre fortement de la méfiance des locaux. "Je n'ai pas été magnétisé par le vaccin, on ne m'a pas implanté de puce électronique, je n'ai pas reçu la marque de la Bête ou d'autre créature", a tenté de rassurer le chef du gouvernement. De son côté, la sélection nationale de rugby va également apporter son écot. Lors de ses deux matches tests face à la Nouvelle-Zélande, dont le premier est prévu samedi, elle portera un maillot barré de l'inscription "Vaccinez Fidji", en lieu et place du nom de son sponsor.

Avant avril, les Fidji n'avaient recensé aucun cas de transmission locale du virus. Mais une faille dans le dispositif de quarantaine et la négligence supposée des habitants ont permis au très contagieux variant Delta de se propager comme une traînée de poudre dans la population. Actuellement, l'archipel d'environ 900.000 âmes enregistre plus de 700 nouveaux cas par jour. Le système de santé du pays, sous-équipé, est désormais proche de la rupture. 

Pas de confinement

Pour autant, le gouvernement continue de refuser catégoriquement toute mesure de confinement national. "Le confinement dur que certains demandent ne peut être mis en œuvre partout aux Fidji et nos experts nous disent que cela ne permettra pas d'éradiquer le virus", a déclaré le Premier ministre. 

"Mais cela supprimera des emplois et hypothéquera notre avenir", insiste-t-il. Plusieurs confinements locaux ont toutefois été mis en place, en particulier dans la région particulièrement touchée de Suva. "Mes chers Fidjiens, ce calvaire prendra fin. D'ici là nous devons rester vigilants jusqu'à ce que davantage de gens soient protégés", conclut Frank Bainimarama. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

"The Voice" : en larmes, Jenifer annonce qu'on ne la reverra "probablement" plus dans l'émission

VIDÉOS - "The Voice All Stars" : la route d'Anne Sila vers la victoire, prestation après prestation

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.