Pays-Bas : bagarre générale à l’occasion des fêtes du "Père fouettard" à Gouda

International

PAYS-BAS - La police néerlandaise a interpellé samedi à Gouda 90 partisans et opposants du personnage folklorique controversé du "Père fouettard" au cours du défilé annuel marquant l'arrivée de Saint-Nicolas et de ses compagnons.

C’est une fête traditionnelle nationale retransmise à la télévision qui a réunie plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux enfants. Elle a pourtant été gâchée cette année. La police néerlandaise a interpellé samedi à Gouda 90 partisans et opposants du personnage folklorique controversé du "Père fouettard" ("Pierre le Noir" en néerlandais). Un défilé annuel accueilli cette année par la ville Gouda qui marque l'arrivée de Saint-Nicolas et de ses compagnons par bateau, ces derniers apportant ensuite des cadeaux aux enfants.

"Soixante personnes ont été interpellées pour avoir manifesté dans des lieux non autorisés, et trente autres pour avoir perturbé l'ordre public", a déclaré Yvette Verboon, porte-parole de la police locale. Les soixante personnes arrêtées pour avoir manifesté dans un lieu autre que celui autorisé ont écopé d’une amende de 220 euros, a indiqué Wouter Bos, un porte-parole du parquet. Ce sont des opposants à un personnage folklorique qu'ils considèrent comme un stéréotype raciste. Selon des images diffusées par la télévision publique néerlandaise, une bannière déployée dénonçait : "le Pierre le Noir est synonyme de racisme".

Un débat qui divise les Pays-Bas

Le débat au sujet de Pierre le Noir, compagnon jovial de Saint-Nicolas, divise les Pays-Bas. De nombreuses personnes assurent que ce personnage folklorique, avec sa coiffe afro, sa peau noire, ses boucles d'oreille clinquantes et son costume médiéval criard, est un stéréotype raciste né du passé colonial néerlandais.

Ses partisans les plus fervents rétorquent quant à eux que s’il est noir, c’est qu’il est descendu par la cheminée pour apporter bonbons et cadeaux aux enfants. Un débat si vif que les deux camps en sont donc venus aux mains samedi à Gouda, obligeant la police à intervenir pour les séparer. Quelques enfants ont même été pris dans les échauffourées.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter