Pays-Bas : un homme soupçonné d'avoir séquestré une famille pendant des années interpellé

International

MYSTÈRE - Un quinquagénaire Autrichien soupçonné d'avoir séquestré une famille pendant des années dans une ferme isolée de Ruinerwold aux Pays-Bas a été interpellé mercredi. Il doit comparaître devant la justice ce jeudi.

Un Autrichien soupçonné d'avoir retenu contre leur gré un père et ses cinq enfants pendant plusieurs années dans une ferme isolée des Pays-Bas a été interpellé mercredi. L'homme de 58 ans, identifié par les médias sous le nom de Josef B., a été arrêté après que la police eut découvert une famille de six personnes dans "une petite pièce fermée" de la bâtisse à Ruinerwold, un village de la province septentrionale de Drenthe.

"Cet homme est actuellement soupçonné dans l'enquête d'être impliqué dans une privation illégale de liberté et d'avoir nui à la santé d'autrui", a fait savoir mercredi le parquet néerlandais dans un communiqué. Le suspect - qui n'est pas le père de famille - comparaîtra ce jeudi devant un juge d'instruction et celui-ci décidera de prolonger ou non sa détention.

La police a dit mercredi soir avoir effectué dans le cadre de l'enquête des recherches dans deux propriétés à Zwartsluis, un village situé à 16 kilomètres de Ruinerwold. Selon les médias locaux, il s'agit notamment d'un ancien magasin de jouets appartenant au suspect.

Voir aussi

Il plantait des légumes pour la famille dans le jardin

D'après le maire d'un village situé dans le district de Perg, en Autriche, l'homme, qu'il décrit comme "réservé" et ayant mené une vie "discrète", disait alors être menuisier.  Il aurait vécu seul pendant environ 10 ans jusqu'à 2010 avant de gagner les Pays-Bas. 

Selon les médias néerlandais et autrichiens, qui le présentent comme le locataire de la ferme, il était connu sous le nom de "Josef, l'Autrichien" et plantait des légumes pour la famille dans le jardin.  Les autorités néerlandaises n'ont quant à elles pas donné d'informations sur la nationalité du suspect.

"Nous avons toujours pensé qu'il était le seul à être là-bas, qu'il n'y avait pas d'autres habitants", a assuré à l'AFP Vincent de Gooijer, qui habite en face de la ferme, sise au beau milieu de champs et presque totalement cachée par des arbres. 

"Il était tout le temps là en train de bricoler, pensait-on, à retaper la ferme. Il arrivait tôt le matin et repartait en fin d'après-midi. Donc il n'y dormait pas, il n'y habitait pas", a expliqué ce Néerlandais de 46 ans. 

D'après plusieurs médias, la famille vivait recluse depuis des années pour "attendre la fin des temps", une information qui n'a pas été confirmée par les autorités néerlandaises. Le père et ses cinq enfants âgés de 18 à 25 ans ont vécu dans une "petite pièce fermée".

Un compte Facebook exploité

La police a été alertée par un des fils, âgé d'environ 25 ans, qui s'est rendu dimanche soir dans un bar du village dans un état "confus". Sale, portant de vieux vêtements, les cheveux en bataille, il demandait de l'aide, a raconté à RTV Drenthe le gérant du café, Chris Westerbeek. Lorsque ce dernier a entamé la conversation avec le jeune homme, celui-ci a affirmé que cela faisait "neuf ans" qu'il n'était pas sorti de la maison et n'avoir jamais été à l'école.

D'après les médias néerlandais, cet homme, qui est l'aîné des enfants, possède un compte Facebook sous le nom de "Jan" et a, pour la première fois en neuf ans, été actif sur le réseau social en juin. Il a déclaré avoir "commencé un nouveau travail chez Creconat", selon le journal néerlandais De Telegraaf. La société en question est affiliée à une autre compagnie appartenant à l'Autrichien, située dans la ville voisine de Meppel. La police y a effectué une perquisition lundi.

Sur le réseau social professionnel LinkedIn, le jeune homme a écrit que ses parents avaient dirigé une entreprise prospère jusqu'à la mort de sa mère en 2004.

Selon la chaîne de télévision locale RTV Drenthe, la famille possédait un potager et une chèvre pour se nourrir. Tous ses membres ont été examinés par un médecin et emmenés dans un endroit sûr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter