"Pays de merde" : Donald Trump nie avoir attaqué les migrants venant d'Haïti ou d'Afrique et accuse les démocrates

"Pays de merde" : Donald Trump nie avoir attaqué les migrants venant d'Haïti ou d'Afrique et accuse les démocrates

DirectLCI
POLÉMIQUE - Énième rétropédalage de Donald Trump. Après avoir attaqué les migrants venant de "pays de merde", Donald Trump nie absolument tout en bloc, même si la Maison Blanche n'a pas démenti ses propos jeudi.

À nouveau, et comme souvent depuis le début de sa présidence, Donald Trump a profondément choqué jeudi avec des propos racistes à l’encontre des migrants arrivant aux Etats-Unis. Lors d’une réunion à la Maison Blanche pour aborder la question de l’immigration, Donald Trump aurait affirmé en avoir marre de voir des migrants venir de "pays de merde" comme Haïti et les pays africains. Ses propos ont été rapportés au Washington Post et confirmés à CNN par plusieurs personnes présentes à la réunion. Ce vendredi, Donald Trump s’est défendu sur Twitter.

Le gouvernement haïtien condamne avec la plus grande fermeté ces propos odieux et abjects qui, s'ils étaient avérés, seraient, à tous égards, inacceptables car ils reflèteraient une vision simpliste et raciste totalement erronéeLe gouvernement haïtien

Comme il en a l’habitude, le président a réagi à la polémique autour de ses propos, qualifiés de "choquant" et "honteux" par l’ONU, puis unanimement condamné par la communauté internationale. L'Union africaine a notamment affirmé trouver les remarques "blessantes, dérangeantes", sur Twitter. De son côté, le gouvernement haïtien a condamné, via un communiqué, "avec la plus grande fermeté ces propos odieux et abjects qui, s'ils étaient avérés, seraient, à tous égards, inacceptables car ils reflèteraient une vision simpliste et raciste totalement erronée".


"Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés", a répondu le milliardaire dans un premier tweet.

Il a rapidement embrayé dans un second post, en affirmant ne jamais avoir dit de mal sur les Haïtiens. "Je n'ai rien dit d'injurieux à l’encontre des Haïtiens autre qu'Haïti est, évidemment, un pays très pauvre et troublé. Je n'ai jamais dit qu'il fallait les expulser. Une invention des démocrates. J’ai une relation fantastique avec les Haïtiens", a tweeté le président américain.

Il conclut qu’il devrait à l’avenir enregistrer les prochaines réunions car "malheureusement, il n’y a pas de confiance".

Son entourage ne dément pas

Sollicitée jeudi soir sur ces propos, la Maison Blanche n'avait pas contesté ou démenti. "Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain", avait-elle simplement répondu par la voix de son porte-parole.

En vidéo

L'image de Trump s'est fortement dégradée depuis son entrée à la Maison-Blanche

Le sénateur démocrate Dick Durbin, y assistait à cette fameuse réunion sur l'immigration jeudi à la Maison Blanche, a affirmé vendredi que Donald Trump avait bien "prononcé ces mots remplis de haine et il les a prononcé plusieurs fois".

Au cœur des débats : la régularisation de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux Etats-Unis, et dont le statut temporaire accordé sous Barack Obama a été supprimé en septembre. Quand Donald Trump a abrogé le programme Daca, qui a permis à 690.000 jeunes sans-papiers de travailler et d'étudier en toute légalité, il avait donné jusqu'à mars au Congrès pour trouver une solution pérenne pour ces clandestins connus sous le nom de "Dreamers".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter