Pêche post-Brexit et coupure de courant : pourquoi ça tangue sur Jersey entre Paris et Londres

Pêche post-Brexit et coupure de courant : pourquoi ça tangue sur Jersey entre Paris et Londres

DÉCRYPTAGE - Le Royaume-Uni a récemment introduit des conditions "non prévues" par l'accord post-Brexit pour délivrer des autorisations de pêche aux navires français dans les îles anglo-normandes, et notamment Jersey. Depuis, les tensions ne cessent de croître entre Londres et Paris. Ce jeudi, plus d'une cinquantaine de bateaux de pêche français bloquent le port de la capitale de l'île anglo-normande de Jersey.

De l'eau dans le gaz des relations franco-britanniques. Jeudi, entre 50 et 60 bateaux naviguaient dès 7H dans le calme devant le port de Saint-Hélier, tandis que d'autres étaient encore en chemin, selon un photographe de l'AFP ayant embarqué sur un bateau normand. Certains bloquent le port pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit.

Alors que l'accord de Brexit tarde à rentrer pleinement en vigueur, Paris et Londres s'écharpent autour de la question de la pêche. Le texte prévoit notamment que les Britanniques délivrent des licences pour la zone des 6-12 milles marins au large de leurs côtes, un secteur riche en poissons où les pêcheurs européens se rendaient traditionnellement. 

Toute l'info sur

Brexit : goodbye United Kingdom

En fin de semaine dernière, le Royaume-Uni a fait part de sa volonté d'introduire de nouvelles clauses "non prévues" pour la délivrance de ces précieux documents. Selon le ministère français de la Mer, des listes de navires habilités à pêcher ont été publiées, et avec elles de nouvelles exigences "qui n'ont pas été concertées, discutées ni notifiées avant". Ces dernières consistent principalement en l'élaboration de nouvelles zones de pêche et des précisions quant aux mouvements au sein des eaux de Jersey, un territoire qui dépend de la couronne britannique. Elles définissent également le "nombre de jours" que peuvent passer en mer les marins-pêcheurs, "et avec quels engins". 

Paris hausse le ton...

Cette manœuvre a suscité la colère des autorités françaises. "On considère que si de nouvelles exigences pour les zonages de mer ou les engins de pêche sont intégrées dans les licences, alors même qu'elles n'ont pas été notifiées à la Commission européenne, elles sont nulles et non avenues", a déclaré l'exécutif à l'AFP qui appelle au "strict respect de l'accord" de pêche négocié dans le cadre du Brexit. "Si le Royaume-Uni veut introduire de nouvelles dispositions, il doit les notifier à la Commission européenne qui nous les notifie, ce qui nous permet d'engager un dialogue ensuite. À ce stade, on a découvert ces nouvelles mesures techniques qui ne sont pas applicables en l'état à nos pêcheurs", assène le ministère. 

... et menace de couper l'électricité de Jersey

Faute d'accord, la France a menacé Jersey et l'Angleterre de fortes "mesures de rétorsion". Lors d'une séance de questions à l'Assemblée Nationale, Annick Girardin a, entre autres, évoqué des répercussions éventuelles sur le "transport d'électricité par câble sous-marin" qui alimente l'île depuis la France. "Je regrette si on devait en arriver" là mais "on y sera s'il faut le faire". "Si on l'accepte à Jersey, c'est dangereux pour l'ensemble de nos accès" aux poissonneuses eaux britanniques, a souligné la ministre. 

Lire aussi

Les autorités de Jersey n'ont guère goûté aux pressions de Paris. Le gouvernement britannique a jugé ce mercredi "inacceptables et disproportionnées" les menaces de la France de couper le courant à l'île anglo-normande de Jersey en raison des conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit. "Les menaces envers Jersey sont clairement inacceptables et disproportionnées", a dénoncé un porte-parole du gouvernement britannique, disant "faire confiance à la France pour utiliser les mécanismes" prévus par l'accord post-Brexit "pour résoudre les problèmes". 

Le ministre des Affaires étrangères, Ian Gorst, a également dénoncé la décision de la région de Bretagne et du département de la Manche de fermer la "Maison de Normandie" qui abrite "le consulat honoraire de France". "Nous voulons rétablir cette relation dès que possible. Le gouvernement de Jersey demeure pleinement engagé dans sa représentation à Caen au sein des îles anglo-normandes", a ainsi assuré le gouvernement de Jersey.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Angleterre : dépassé par le variant Delta, Boris Johnson décale d'un mois le déconfinement

EN DIRECT - Vaccin anti-covid : Doctolib annonce 62.000 rendez-vous pris pour les moins de 18 ans

Que se passe-t-il à la centrale nucléaire de Taishan, en Chine ?

"Ça va être Gilets jaunes puissance 10" : la fronde des automobilistes contre les ZFE en centre-ville

Bac : diplômé à 13 ans en 2015, que devient Pierre-Antoine ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.