Pédophilie : l'Eglise met la pression sur les évêques négligents

International
RELIGION – Le pape a pris la plume samedi pour annoncer que désormais, les évêques faisant preuve de "négligence" dans les cas de pédophilie pourraient être suspendus.

Le pape François veut mettre un terme aux grands scandales de pédophilie qui frappent l'Eglise. Samedi, il a ouvert la voie à la révocation des évêques qui se rendraient coupables de "négligence" face à de tels crimes au sein de l'Eglise.

La négligence "cause grave" pouvant mener à la révocation

Dans les faits, le Droit canon, qui rassemble les lois qui régissent la vie de l'Eglise catholique, prévoit déjà la révocation des évêques pour les cas de "causes graves". Mais celles-ci ne sont pas concrètement définies. Dans sa lettre apostolique publiée ce week-end, le Souverain Pontife a donc clarifié les choses : "J'entends préciser que parmi ces dites 'causes graves', est (désormais, ndlr) comprise la négligence des évêques dans l'exercice de leur fonction, en particulier vis-à-vis des cas d'abus sexuels commis sur des mineurs et des adultes vulnérables".

EN SAVOIR + >> Scandale de pédophilie à Lyon : Barbarin soupçonné d'avoir couvert un autre prêtre

La révocation d'un évêque restant un cas particulièrement sensible, François annonce aussi la création d'un collège de juristes, probablement constitué de cardinaux et d'évêques, et chargé de l'assister avant de prononcer toute "décision définitive", précise de son côté le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

L'Eglise de France visée par deux enquêtes

Cette décision du pape intervient dans un contexte difficile pour l'Eglise de France, même si le père Lombardi assure que cette lettre n'est liée à aucune affaire récente en particulier. Le cardinal Philippe Barbarin est en effet visé par deux enquêtes préliminaires en France pour "non-dénonciation" d'agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991 par un prêtre de ce diocèse. Une nouvelle perquisition a encore été menée cette semaine à Lyon dans le cadre de l'investigation. En dépit de ces accusations, Mgr Barbarin se refuse à démissionner de ses fonctions, estimant au contraire que "Pour l'heure, ce ne serait pas responsable, ce serait même contraire à mon devoir : on ne quitte pas le navire en pleine tempête!"

A LIRE AUSSI
>> Qui est le cardinal Barbarin, visé par une enquête préliminaire pour "non-dénonciation de crime" ?
>> Le léger mea culpa du cardinal Barbarin
>> 
Pédophilie : l'affaire qui secoue les jésuites dans un prestigieux lycée parisien

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter