Peluches, kits de survie et série télé : le juteux business d'Ebola

ÉCONOMIE - Surfant sur la psychose Ebola, de nombreux industriels proposent désormais de se protéger du virus en vendant à prix d'or des kits, des conseils ou des applications iPhone.

Des masques, des peluches, une foule de sites Internet, des applications, des "potions magique" et même une série. Ce n'est pas la fête d'Halloween qui excite les hommes d'affaires en ce moment, mais plutôt… Le virus Ebola. La maladie, qui se répand à une vitesse impressionnante en Afrique, menace de s'étendre à d'autres continents. Surfant sur cette inquiétude, plusieurs investisseurs ont lancé des produits dérivés.

Avec des centaines de livres et des DVD, le produit star est définitivement le "kit" anti-contagion. Du simple masque - autour de 6 euros - à la combinaison complète, dont le prix peut atteindre 50 euros , de nombreux sites permettent aux hypocondriaques de se préparer à une contagion imminente. Sur Amazon ou eBay, le kit "famille" , permettant de survivre une semaine parmi le virus et comprenant masques, lingettes, lunettes et autres gels hydroalcooliques, se négocie à 189 euros.

Peluche et costume d'Halloween

Côté produits dérivés, une boutique en ligne propose une combinaison "spéciale Halloween" pour 80 dollars. "Avec ce costume, vous êtes sûr d'être prêt en cas de pépin à votre soirée d'Halloween, grâce à ce qui sera littéralement le plus "viral" des déguisements de l'année" explique le commerçant. Et les enfants ne sont pas en reste, puisque la peluche "Ebola", vendue par une autre entreprise, et qui imite la forme du virus,  est déjà en rupture de stock .

Et que serait un événement planétaire sans sa série dédiée ? La Fox a en effet annoncé qu'elle allait produire une saga retraçant la découverte du virus dans les années soixante-dix en Afrique de l’Ouest. Ecrit il y a dix ans, le scénario était resté dans les tiroirs, jusqu'à ce que l'épidémie récente ne le fasse ressortir. Ridley Scott a déjà été annoncé pour être derrière la caméra.

Nom de domaine vendu à prix d'or

Autre bonne affaire, le nom de domaine ebola.com. Les propriétaires - deux Américains - l'ont acquis en 2008. Ils démarchent actuellement les laboratoires pharmaceutiques et  espèrent le revendre au prix de 150.000 dollars . Les deux hommes n'en sont pas à leur coup d'essai puisqu'ils sont déjà propriétaires de fukushima.com ou N1H1.com. 

Un tel business n'est pas sans rappeler celui dans lequel  s'étaient engouffrés les industriels au moment de la grippe H1N1 , aussi appelée "grippe porcine". À l'époque, les ventes de kits, mais aussi les masques "personnalisables" avaient atteint des records.

Enfin, pour être au courant en temps réel et directement sur votre smartphone de l'évolution du virus, aucun problème. Questions-réponses autour d'Ebola (0,99 euros), jeux interactifs pour détruire le virus, histoire de mettre à bas la contagion dans le métro et enfin l'Ebola Tracker ("Le chasseur d'Ebola", 2,69 euros) permet de géolocaliser, en temps réel, les foyers d'infection. Et de s'assurer par soi-même, qu'aucun cas n'est encore avéré en France. Il vous reste encore un peu de temps avant de faire vos provisions.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : quarantaine obligatoire pour les voyageurs venant du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud

Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

Funérailles du prince Philip : William et Harry se sont-ils réconciliés ?

Lire et commenter