"Petite frappe", "hyène folle" : l’ambassade de Chine se déchaîne contre un chercheur français

"Petite frappe", "hyène folle" : l’ambassade de Chine s'en prend violemment un chercheur français

DIPLOMATIE - L’ambassade de Chine a Paris s’est très vivement attaquée au chercheur français Antoine Bondaz, dimanche 21 mars. Ce dernier avait dénoncé des pressions du régime chinois pour que des parlementaires français ne se rendent pas à Taïwan

Les déclarations sont d'une rare violence. "Petite frappe", "hyène folle", "troll idéologique" : l’ambassade de Chine à Paris a violemment pris à partie sur les réseaux sociaux un chercheur français, jugé trop critique à l’égard du gouvernement chinois. Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), avait dénoncé des pressions chinoises sur des parlementaires français souhaitant se rendre à Taïwan, avant de recevoir une première volée d’insultes, vendredi 19 mars. 

Experts en géopolitique et élus français avaient alors pris la défense de ce spécialiste de la Chine, en conflit ouvert avec l'ambassade depuis des mois.

"Certains reprochent à l'Ambassade de Chine d'agresser’ un ‘chercheur indépendant’. En réalité (..) il est juste un troll idéologique", a vertement répliqué l’ambassade avant de s’attaquer aux "hyènes folles" qui "s'affublent des habits de chercheurs et de médias et s'en prennent furieusement à la Chine".

Antoine Bondaz a de son côté réagi en dénonçant "un sentiment d'impunité totale" et une "rhétorique décomplexée" de la diplomatie chinoise à l'étranger. Des élus ont appelé le ministère des Affaires étrangères à prendre la défense du chercheur. François-Xavier Bellamy, député européen a tweeté : "Cher Jean-Yves Le Drian, ne laissez pas passer cela, ce serait lâche et dangereux". Tandis que Nathalie Loiseau, députée européenne et ancienne ministre d’Emmanuel Macron a déclaré : "Rarement a-t-on vu des diplomates faire autant de tort à l’image de leur pays. Brutale, grossière, voilà la Chine que vous montrez".

Lire aussi

L’ambassade n’est pas à son coup d’essai et s’attaque régulièrement aux détracteurs du régime chinois ou des partisans de Taïwan. Récemment, l'ambassadeur Lu Shaye s'était déclaré "fermement opposé" à une visite de parlementaires français à Taïwan. Le quai d’Orsay avait alors répondu que "Les parlementaires français décident librement de leurs projets de déplacement et de leurs contacts". 

La République populaire de Chine considère ce territoire comme une de ses provinces et menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d'indépendance sur l'île, soutenue par les Etats-Unis.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - Crise au Proche-Orient : les ministres de l'Union européenne se réuniront en urgence mardi

Covid-19 : ces pays européens qui ont déjà assoupli les règles aux frontières pour les touristes

EN DIRECT - Des restrictions aux frontières seront maintenues "au moins jusqu'à la fin de l'été", selon Clément Beaune

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.