Philippines : évasion massive de détenus après l’attaque commando d’une prison

International

COMMANDO - Plus de 150 détenus se sont évadés dans la nuit de mardi à mercredi d'une prison des Philippines attaquée par une centaine d’hommes armés. Seuls 34 d'entre eux avaient été retrouvés jeudi matin.

Une nuit de chaos. Plus de 150 détenus de la prison de Kidapawan, aux Philippines, se sont évadés dans la nuit de mardi à mercredi après une attaque menée par une centaines d’hommes armés et imputée par les autorités au Front Moro islamique de libération (Moro islamic liberation front, MILF), la plus importante guérilla islamiste du pays. Jeudi, seulement 34 détenus ont été retrouvés. Les combats ont fait rage pendant deux heures. Un surveillant pénitentiaire a perdu la vie. 

"Ils cherchaient à libérer leurs camarades en détention", a déclaré l’un des gardiens à la chaîne ABS-CBN, précisant que ses collègues étaient en nette infériorité numérique face aux assaillants. Selon lui, cette offensive aussi fulgurante qu’agressive est l’œuvre d’une faction dissidente du MILF. La principale phalange du groupe armé, qui compte 10.000 combattants, observe actuellement un cessez-le-feu parallèlement à des négociations avec le gouvernement. Un porte-parole du MILF a d'ailleurs déclaré qu'il ne connaissait pas l'identité des activistes à l’origine de l’offensive.

Chasse à l’homme en cours

Toujours selon le surveillant, au moins 158 détenus ont profité de l’attaque pour prendre la fuite. On ignore combien d’entre eux étaient liés aux assaillants. "Les autres détenus ont saisi leur chance en raison de l'importance de la fusillade. Ils ont utilisé leurs lits, les ont empilés pour pouvoir s'enfuir",  a poursuivi le gardien. Les autorités locales affirment que six des évadés ont été abattus. Une vaste chasse à l'homme était en cours ce mercredi. 

Le centre de détention, une ancienne école décrépie située dans une zone forestière retirée à une cinquantaine de kilomètres de Davao (la principale ville du pays, dont le président Rodrigo Duterte fut maire, ndlr), abritait 1511 détenus. L'île de Mindanao, où se situe la prison, est depuis des décennies le théâtre de rébellions islamistes armées. Certains groupes insurgés ont prêté allégeance à Daech. 

Voir aussi

Lire aussi

En vidéo

Retour sur les 100 premiers jours du "Donald Trump philippin", Rodrigo Duterte

En vidéo

Philippines : inhumation avec les honneurs de l'ex-dictateur Marcos

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter