Photo de famille : le clan Biden entre à la Maison Blanche

Description du sujet digitial

FAMILLE - Tout au long de la journée d'investiture, on les a vus autour de Joe Biden. Sa femme Jill tenait la bible sur laquelle son époux prêtait serment, sa sœur Valérie est dans le cadre, de même que son fils Hunter. Et le fantôme de son fils Beau plane sur la scène.

Ce sont les visages privés de la présidence Biden. Ceux d'une famille jamais très loin de lui, dans les bons et les mauvais moments. L'unité de la famille Biden, ce n'est pas une figure de rhétorique politicienne. Joe Biden a été remis sur pied par son clan après chaque tragédie personnelle, et chaque défaite politique. C'est sa force... mais parfois aussi son point faible.

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

De cette famille, Joe Biden est désormais le patriarche. C'est le rôle qui semblait lui être dévolu à la fin du second mandat de Barack Obama, dont il avait été le vice-président pendant huit ans. Il avait choisi de ne pas se présenter aux primaires démocrates pour l'investiture, encore sonné par la mort de son fils Beau des suites d'un cancer du cerveau. Le clan s'était reformé dans son fief de Delaware, et un retour semblait improbable pour celui qui profitait enfin des siens, après 36 ans comme sénateur et huit comme vice-président.

Valérie Biden, le roc

L'histoire de la famille Biden est intrinsèquement liée à la trajectoire politique de Joe. C'est en 1972 que le jeune candidat bat un baron républicain du Delaware pour une place au Sénat. Il a 29 ans, une épouse brillante et trois enfants en bas âge. La petite famille s'apprête à déménager pour Washington, où une nouvelle vie l'attend. Le scénario parfait est balayé par un accident de voiture à quelques jours de Noël : Neilia Biden et sa fillette Naomi sont tuées, les deux frères grièvement blessés.

Joe Biden pense à renoncer à son mandat, mais sa sœur Valérie l'en dissuade. Elle s'improvise mère des deux enfants, tandis que le jeune sénateur parcourt chaque jour en train le trajet qui sépare Wilmington du Sénat à Washington - un rituel auquel il ne manquera jamais, durant 36 années successives. La maison devient le pôle de stabilisation des enfants, où vivent à la fois Valérie et son premier époux, Beau et Hunter Biden, que Joe rejoint chaque soir.

Jill Biden, First lady indépendante

Valérie sera durant toute sa vie le roc de Joe Biden, son appui familial comme stratégique, puisqu'elle a pris part à la plupart de ses campagnes électorales. Le rapport fusionnel de Biden avec ses fils provient aussi de ces années terribles, où ils ont dû tout reconstruire ensemble. 

Mais une autre silhouette qui se détache aux côtés du nouveau président, sa seconde épouse Jill. Il la rencontre en 1975, mais ne l'épouse qu'en 1977, avec une prudente approche de l'équilibre fragile des garçons. Un nouveau noyau familial se reforme, avec cette épouse qui se voue à sa carrière d'enseignante, mais sait épauler son mari dans les moments décisifs. Elle va devenir la première First Lady à exercer une activité professionnelle alors que son mari entre en fonction. Mais c'est aussi elle, et pour la première fois, qui a poussé Joe Biden à se lancer dans cette dernière bataille pour déloger Donald Trump de la Maison Blanche.

Hunter Biden, l'enfant terrible

Si Beau Biden semblait suivre une trajectoire parfaite, et s'apprêtait à succéder à son père sur la scène politique avant d'être fauché par la maladie en 2015, Hunter Biden fait plutôt figure de sale gosse. Carrière professionnelle chaotique, histoires sentimentales à scandale, abus de drogue et affaires douteuses... Hunter Biden est le talon d'Achille de son père, justement celui que Donald Trump visait pour essayer de le déstabiliser, au cours des débats qui les ont opposés. 

Et l'affaire ukrainienne, dont la tentative d'instrumentalisation a valu à Donald Trump son premier procès en destitution, c'est au fond une affaire Hunter. Donald Trump avait fait pression sur les autorités ukrainiennes pour engager une procédure sur les affaires troubles de Hunter Biden dans le pays, possiblement couvertes par son père, alors vice-président. 

Ashley Biden, la discrète

Née en 1981, Ashley Biden est la fille de Joe et Jill, la jeune demi-sœur de Hunter et Beau. Militante et travailleuse sociale, sa carrière reste à la périphérie du clan, tout en restant politiquement compatible avec les options démocrates. Ces dernières années, elle s'est imposée comme styliste, tout en réinjectant les bénéfices auprès de communautés locales. Elle est apparue au cours de la campagne au soutien de son père, notamment en prononçant un discours lors de son investiture aux primaires.

Joe Biden est aussi le grand-père de sept petits-enfants. Tous ont participé à sa campagne à des degrés divers, sauf les deux derniers enfants de Hunter, en bas âge. 

Lire aussi

La famille est le refuge et la base-arrière de Joe Biden. C'est là où il vient soigner ses blessures, et de là qu'il organise ses batailles. C'est aussi le premier cercle de ses soutiens, qui vont entrer avec lui à la Maison Blanche et incarner, quoi qu'il advienne, leur part de la présidence Biden.

Découvrez le podcast Far-West

Écoutez le podcast sur votre plateforme d’écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST

Sur SPOTIFY

Sur DEEZER

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : tous les vaccins doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, estime la HAS

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

EN DIRECT - Sarkozy condamné : Marine Le Pen "ne souhaite pas que les magistrats fassent la primaire de la présidentielle"

Lire et commenter