Un père et sa fillette se noient en tentant de passer la frontière mexicaine : l'histoire derrière la photo choc

International
DRAME - Cette photo d'un migrant salvadorien et sa fille d'environ 2 ans morts noyés en tentant de traverser le Rio Bravo - le Rio Grande selon la terminologie américaine - pour passer clandestinement aux Etats-Unis depuis le Mexique émeut l'Amérique et plus largement, le monde entier.

C'est l'un des clichés iconiques du drame que traversent des millions de migrants sud-américains... Une photo de deux corps, celui d'un père et sa fille âgée de 2 ans, noyés près d'une rive du Rio Grande et enlacés, émeut au-delà des frontières du Mexique. Les deux corps ont été retrouvés ce lundi  24 juin, dans les environs de Matamoros, dans l'Etat mexicain de Tamaulipas, selon un rapport de la justice mexicaine. 

Selon le rapport judiciaire consulté par l'AFP, Oscar Alberto Martínez Ramírez, un cuisinier âgé de 25 ans, la mère Vanessa Avalos, âgée de 21 ans, et leur petite fille, Valeria, étaient arrivés la semaine dernière à Matamoros après avoir traversé tout le Mexique. Dimanche après-midi, la famille a décidé d'essayer de gagner à la nage la rive américaine du Rio Bravo, la ville de Brownsville, accompagnée d'un ami. 


Le père a ainsi pris l'enfant sur son dos en la calant à l'intérieur de son t-shirt pour traverser le fleuve. Mais, emportés par des courants violents, tous deux se sont noyés sous les yeux de la mère, laquelle a pu retourner en vie sur la rive mexicaine, selon les explications qu'elle a fournies aux autorités locales.

D'après le récit du Guardian, raconté par Julia Le Duc,  le père a d'abord traversé avec sa fille, d'une rive à l'autre et l'a déposée côté américain. Puis il a traversé une seconde fois la rive pour aider sa femme. Mais la petite fille est tombée dans l'eau, et c'est en allant lui porter secours que tous deux se sont noyés, emportés par le courant. C'est la maman, qui a donné l'alerte. 

Ce cliché a été pris par Julia Le Duc, une journaliste pour le journal la Jornada. Elle raconte dans son article que la famille tentait de demander l'asile politique auprès des autorités américaines. Mais le délai trop long, en raison de la nouvelle politique mise en place par Donald Trump, les a conduits à tenter de traverser la rivière, ce dimanche après avoir traversé le Mexique. 


La famille vivait dans un camp de migrants sous 45 degrés, avec un visa humanitaire délivré par les autorités mexicaines, dans l'attente d'un rendez-vous avec un agent de l'immigration. Dans le sud du pays, des centaines de migrants africains, haïtiens et asiatiques d'un centre de rétention de Tapachula, dans le Chiapas, se sont mutinés aux cris de "Liberté, liberté!". Il s'agit du second incident de ce type en une semaine.

En raison de la vague de migrants clandestins, venus principalement d'Amérique centrale, qui ont traversé le Mexique ces derniers mois pour tenter de franchir sa frontière nord et d'entrer aux Etats-Unis, le président Donald Trump a posé de dures exigences au gouvernement mexicain, le menaçant de lui imposer des droits de douane punitifs s'il n'agissait pas assez contre ces flux. Ces derniers jours, des groupes de migrants, principalement des Centraméricains mais aussi des Cubains et quelques Vénézuéliens et Brésiliens, tentaient de tromper la vigilance renforcée des autorités mexicaines.


Avec leurs bagages et des enfants dans les bras, ces clandestins tentaient de traverser la vallée qui marque la frontière pour solliciter l'asile auprès des autorités américaines. Les Etats-Unis ont enregistré récemment des chiffres record d'arrestations de migrants clandestins. M. Trump considère que l'arrivée incontrôlée de migrants est une menace pour la sécurité des Etats-Unis.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter