PHOTOS - Alep : sous la neige, les évacuations touchent à leur fin

PHOTOS - Alep : sous la neige, les évacuations touchent à leur fin

SYRIE - Les civils et insurgés de la dernière enclave rebelle d'Alep ont été évacués sous le contrôle d’observateurs de l’ONU. Les opérations se sont achevées ce jeudi 22 novembre, a annoncé le régime syrien.

Le dernier convoi de rebelles et de civils a quitté Alep ce jeudi, selon la télévision d'Etat. Dans la nuit de mercredi à jeudi, au moins 4.000 combattants ont été sortis de la ville, pour un total de 34.000 personnes - civils et insurgés -, depuis le 15 décembre, selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui estimait que les opérations prendraient fin ce vendredi. Toutefois, "il est difficile de prévoir la fin car les routes sont enneigées", avait prévenu un responsable du groupe rebelle Ahrar al-Cham, Ahmad Qorra Ali. Les évacuations ont donc pris fin plus tôt que prévu. 

Toute l'info sur

Le drame d'Alep

Lire aussi

Lancée jeudi dernier, l'opération a subi plusieurs retards en raison de la méfiance entre belligérants, des problèmes logistiques et, depuis mercredi, d'une tempête de neige qui a ralenti le transit des véhicules. La neige a cessé de tomber jeudi sur Alep mais des milliers de personnes attendent toujours par un temps glacial d'être évacuées. 

Les sauvetages dans les localités chiites de Foua et Kafraya, assiégées par les insurgés dans la province voisine d'Idleb, se poursuivent aussi ce 22 décembre, comme prévu par l'accord sur Alep.

Lire aussi

Munis d'armes légères, des rebelles à bord d'une vingtaine de pick-up, taxis et voitures ont quitté la métropole dans la matinée, traversant le point de transit de Ramoussa dans le sud d'Alep, pour se rendre en zone rebelle, à l'ouest de la métropole. En début d'après-midi, une dizaine de bus ont également quitté la poche rebelle d'Alep. 

L'enclave rebelle d'Alep est ravagée par les offensives successives du régime et plus de quatre ans de combats, mais surtout les  bombardements de l'armée syrienne et de son allié russe des derniers mois. Le régime a lancé sa dernière offensive terrestre et aérienne le 15 novembre, déversant pendant un mois un déluge de feu sur les quartiers rebelles où des dizaines de milliers d'habitants étaient soumis à un siège asphyxiant et  manquaient de tout depuis juillet. C'est à l'issue de cette opération qu'un accord parrainé par la Russie et  l'Iran, alliés indéfectibles du régime, et par la Turquie, soutien de la rébellion, a permis à la mi-décembre les évacuations.

Alors que de nombreuses atrocités ont été commises durant la guerre en  Syrie, l'Assemblée générale des Nations unies a approuvé la création d'un  groupe de travail chargé de préparer des dossiers sur les crimes de guerre dans  ce pays, première étape vers la poursuite en justice des responsables de ces  crimes. L'ambassadeur syrien à l'ONU, Bachar Jaafari, a qualifié cette initiative  d'"ingérence flagrante dans les affaires" de la Syrie.

A Moscou, le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a annoncé que les  bombardements de l'aviation russe en Syrie ont permis de "liquider" 35.000  combattants depuis le début de son intervention en septembre 2015. Les soutiens militaires russe et iranien ont été déterminants dans le  conflit syrien pour renverser la situation au profit du régime. Avec Ankara,  Téhéran et Moscou semblent avoir pris la main dans le dossier syrien, après  avoir écarté les Etats-Unis et les Occidentaux.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations pacifiques  pro-démocratie, le conflit syrien s'est complexifié au fil des années,  impliquant de multiples belligérants soutenus par différentes puissances  régionales et internationales.

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

JT 20H - Syrie : Alep vue par la Russie, en décalage avec la réalité

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

La mobilisation des généralistes a-t-elle permis de faire décoller les vaccinations AstraZeneca ?

Lire et commenter