PHOTOS – Fukushima : les quinze jours qui ont fait vaciller le Japon

PHOTOS – Fukushima : les quinze jours qui ont fait vaciller le Japon

1/9 Le 11 mars 2011, 14h46 (heure de Tokyo). Un séisme de magnitude 9 frappe le nord-est du Japon, et génère un puissant tsunami. Des vagues s'élevant à 14 mètres au dessus-du niveau de la mer submergent la centrale nucléaire de Fukushima-daiichi, d'une haut

HO- JIJI PRESS - AFP

2/9 La secousse provoque l'arrêt des réacteurs 1, 2 et 3 en service. Puis, le tsunami prive la centrale d'alimentation en électricité. Les groupes électrogènes, situés en sous-sols, se retrouvent inondés. 

TEPCO - JIJI PRESS - AFP

3/9 Sans électricité, les systèmes de refroidissement des unités et des piscines de désactivation où sont entreposées les barres de combustible usagé sont coupés. C'est le début d'une réaction en chaîne.

HO - JIJI PRESS - AFP

4/9 Le Premier ministre de l'époque, Naoto Kan, décrète l'état d'urgence nucléaire et ordonne l'évacuation des populations dans un rayon de deux kilomètres. 160.000 personnes quittent leur domicile dans la précipitation, comme ces gens photographiés. Certain

GO TAKAYAMA/AFP

5/9 Privées d'électricité, l'eau des cuves des unités 1, 2 et 3 se vaporise et laisse le combustible à découvert, qui s'échauffe et commence à fondre. Le combustible fondu se mélange aux matériaux de structure, pour former ce que l'on appelle le corium, un m

JIJI PRESS/AFP

6/9 Le 12 mars, une première explosion se produit dans l'unité 1, détruisant la partie haute du bâtiment. Une deuxième explosion survient le 14 mars, soufflant le toit de l'unité 3. Le lendemain, une première déflagration est signalée dans le réacteur 2 (ic

TEPCO - AFP

7/9 Pendant ce temps, le personnel de la centrale, les militaires et le personnel civil de la centrale, s'échinent à refroidir les réacteurs à l'eau de mer, et éviter la contamination d'une large partie du territoire. Ce faisant, ils occasionnent une polluti

TEPCO - AFP

8/9 Fin mars, les unités sont à nouveau raccordées au réseau électrique. En juillet, le système de refroidissement se remet à fonctionner en circuit fermé, mais il continue de fuir. En décembre, les autorités décrètent l'arrêt à froid : la température des ea

MARITIME SELF DEFENSE FORCE / AFP

9/9 Dès lors, les ouvriers reviennent en masse pour nettoyer, réparer et décontaminer le site, afin de permettre le lancement du vaste chantier du démantèlement de la centrale, qui doit s'étaler, au mieux, jusqu'en 2040.

AFP

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Variants du coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique déconseille certains masques en tissu

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes