Pistorius : les 5 moments-clés d'un procès hors normes

Pistorius : les 5 moments-clés d'un procès hors normes

DirectLCI
AFRIQUE DU SUD - Alors qu'Oscar Pistorius s'est exprimé pour la première fois lundi à la barre du tribunal de Pretoria, où il est jugé depuis début mars pour le meurtre de sa petite amie, metronews revient sur les épisodes clés qui ont marqué ce procès.
  • Premier jour et premier témoin accablant

3 mars - Au premier jour du marathon judiciaire, le procès débute par le témoignage glaçant d'une voisine , nommée Michelle Burger : "Juste après trois heures du matin (le jour du drame), j'ai été réveillée par les terribles cris d'une femme. Elle appelait au secours". Sûre de son fait, Michelle Burger dit avoir entendu ensuite quatre coups de feu. Oscar Pistorius a toujours soutenu qu'il croyait tirer sur un cambrioleur lorsqu'il a abattu sa petite amie de quatre balles.

  • La défense passe à l'offensive

4 mars - Deuxième jour d'audience et le débat monte d'un ton. Face à Barry Roux, l'avocat de Pistorius, le témoin Michelle Burger doit faire face à de multiples tentatives de déstabilisation . Interrogée durant près de quatre heures par le défenseur de l'athlète qui pointe les failles de son récit, elle subit un interrogatoire à la fois agressif et humiliant. La juge Thokozile Masipa le rappellera à l'ordre après plusieurs débordements.

  • Photos-choc et vomissement

13 mars - Devant la cour, 119 photos de la scène du meurtre défilent. Lorsqu'un cliché du corps de la victime est projeté un court instant par erreur, Oscar Pistorius devient livide avant d'être pris de vomissements . Visiblement affecté, la tête entre les mains, il finit par se recroqueviller dans son box. Sur d'autres images, on peut voir le cabinet de toilettes couvert de sang, où la victime a été tuée. Puis du sang, encore, dans la salle de bain, sur les murs et dans l’escalier que Pistorius a descendu avec Reeva Steenkamp dans ses bras.

  • Reeva Steenkamp s'est vue mourir

19 mars - Au treizième jour du procès, un expert balistique vient mettre à mal la défense du sportif. Selon le capitaine Chris Mangena, qui a reconstitué les derniers instants du drame, Reeva Steenkamp aurait eu le temps de crier et de signaler sa présence , contrairement à ce qu'a assuré l'accusé. L'expert a ainsi expliqué que la jeune femme se tenait debout quand elle a été touchée par une première balle. "Très probablement, la blessure à la hanche a été faite quand elle était debout, face à la porte, a-t-il détaillé. Ça lui a brisé la hanche, l'a fait tomber en arrière dans le porte-revues". Après ce coup de feu, elle "était très probablement assise dans une position défensive", a poursuivi l'expert, mimant les derniers gestes de la jeune femme, les bras croisés devant son visage. "Une deuxième balle a alors ricoché mais la troisième lui a perforé le bras gauche, faisant exploser la chair et lui causant un bleu à la poitrine. Enfin, la dernière balle l'a atteinte au crâne".

  • Des textos gênants

24 mars - "Parfois, j'ai peur de toi" . Quinze jours avant sa mort, Reeva Steenkamp avait dit à Oscar Pistorius ce qu'elle lui reprochait par textos. Un expert de la police sud-africaine, n'a pas manqué de ressortir ces messages pour mettre en évidence les violents accès de jalousie du prévenu. D'autres échanges viennent noircir l'image d'une relation idyllique dépeinte par l'athlète lui-même. On y apprend notamment que la jeune femme parlait de ''relation déséquilibrée'' dans laquelle elle se sentait heureuse ''90 % du temps''. Mais d'ajouter : ''Pourquoi continuer ? Je me fais agresser et tu te plains que tu n'aimes pas ma voix et mon accent."

Plus d'articles