Pistorius : libération sous caution après sa condamnation pour meurtre

International

AFRIQUE DU SUD - La justice sud-africaine a ordonné mardi la libération sous caution du champion paralympique Oscar Pistorius, après sa condamnation en appel la semaine dernière pour le meurtre de sa petite amie en 2013.

Libre... sous caution. La justice sud-africaine a ordonné mardi la libération sous caution du champion paralympique Oscar Pistorius, après sa condamnation en appel la semaine dernière pour le meurtre de sa petite amie en 2013.

Pistorius, qui n'est pas encore fixé sur sa peine, est "libéré sous caution, la caution étant fixée à 10.000 rands" (690 dollars), a annoncé le juge Aubrey Ledwaba à la Haute Cour de Pretoria. Sa libération sous caution est assortie de plusieurs conditions, dont l'assignation à résidence chez son oncle à Pretoria, avec autorisation de sortie entre 7h et midi dans un rayon de 20 kilomètres de la maison. Il sera aussi soumis à un contrôle électronique et doit remettre à la justice son passeport, a précisé le juge.

Pistorius dans l'attente d'une nouvelle peine

"Dans la mesure où il s'est présenté devant le tribunal, il a prouvé qu'il n'y avait pas de risque qu'il s'échappe", a expliqué le juge pour justifier sa décision. "La prochaine audience est fixée au 16 avril 2016", a-t-il encore dit. Pistorius, en costume cravate noir et chemise blanche, a accueilli la décision du juge, debout, les mains croisés derrière son dos.

En première instance, le sextuple médaillé d'or âgé de 29 ans avait été reconnu coupable d'"homicide involontaire" et condamné à 5 ans de prison. Mais jeudi dernier, la Cour suprême d'appel a modifié le verdict, requalifiant le crime de meurtre, passible d'au moins 15 ans de prison. Pistorius attend désormais d'être fixé sur sa nouvelle peine.

EN SAVOIR +
>> Oscar Pistorius condamné pour meurtre
>> Les cinq moments-clé d'un procès hors normes
>>
Le juge aurait pu aller plus loin
>> Retrouvez toutes nos informations sur l'affaire Pistorius

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter