Pizza Hut s'excuse pour une pub détournant une grève de la faim palestinienne

International

RETROPÉDALAGE - La chaîne de restaurants Pizza Hut a du présenter ses excuses après une initiative prêtée à sa franchise israélienne. Elle s'était servie du prisonnier palestinien Marwan Barghouthi, actuellement en grève de la faim, pour faire sa publicité.

La blague n’a pas beaucoup fait rire. Un post Facebook attribué à la franchise israélienne de Pizza Hut s’est servi de l’image de Marwan Barghouthi pour faire sa publicité. Ce prisonnier palestinien, figure populaire en Palestine mais considérée comme un terroriste par Israël, purge actuellement cinq peines de prison pour son rôle dans des attentats meurtriers lors de la seconde Intifada (2000-2005). Comme des centaines d’autres prisonniers palestiniens, il a entamé le 17 avril dernier une grève de la faim.

Les autorités israéliennes ont diffusé dimanche deux vidéos de Marwan Barghouthi tournées à son insu dans sa cellule et le montrant, selon elles, en train de manger alors qu'il est censé être en grève de la faim. La diffusion des images vise clairement à le discréditer et ses supporteurs dénoncent un trucage.

Dans la foulée, Pizza Hut Israël s'est servi de ces images dans un but commercial. A partir de captures d’écran, les gérants ont créé un photo-montage et ont inséré une boîte de pizza de la marque sur le sol de la cellule, accompagné de ce texte : "Barghouthi, si tu dois arrêter la grève, est-ce que le mieux ne serait pas de le faire avec une pizza ?" Largement diffusée sur les réseaux sociaux, l'image a disparu ce mercredi matin de la page Facebook.

Car la farce a provoqué une vague d’indignation sur la toile, poussant certains internautes à appeler au boycott de la chaine de restaurants. Une porte-parole de Pizza Hut International a présenté des excuses mardi soir : "Cet acte était totalement inapproprié et ne reflète pas les valeurs de notre marque", a-t-elle indiqué à l'AFP. "Le franchisé dans le pays en question a retiré" le post, a-t-elle dit. Avant d’ajouter : "Si quelqu'un a été blessé, nous le regrettons sincèrement".

Plus de 850.000 Palestiniens ont été incarcérés par Israël depuis l'occupation en 1967 de leurs Territoires, selon leurs dirigeants. Les grévistes de la faim réclament de meilleures conditions de détention et davantage de visites familiales ou médicales. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter