Plusieurs morts et des dizaines de blessés : la trêve déjà brisée en Ukraine

Plusieurs morts et des dizaines de blessés : la trêve déjà brisée en Ukraine

DirectLCI
CRISE - Au moins un manifestant a été tué et une dizaine d'autres blessés lors des nouveaux affrontements avec la police qui ont éclaté jeudi matin à Kiev. Le patron de la diplomatie française est arrivé dans la capitale ukrainienne où des sanctions devraient être prises à l'encontre de Viktor Ianoukovitch. Sa rencontre prévue avec le Président, annoncée comme annulée "pour des raisons de sécurité", est finalement maintenue.

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch avait promis une trêve mercredi soir. Elle aura été de courte durée. Car jeudi au petit matin, les affrontements ont repris dans les rues de Kiev : des centaines de manifestants ont chargé le cordon de police sur le Maïdan, reprenant le contrôle de la place. Bilan, au moins 17 morts par balles et des dizaines de blessés.

Un journaliste de l'AFP a vu dix cadavres gisant sur le sol sur le Maïdan, la place de l'indépendance, devant l'hôtel Kozatski. Un autre journaliste a compté sept corps dans le hall de l'hôtel Ukraïna, de l'autre côté de la place. Le bilan pourrait s'alourdir au fil des heures : selon un photographe de l'AFP, des échanges nourris de tirs à balles réelles ont lieu dans le centre ville, épicentre d'une guérilla urbaine : l es manifestants, casqués et armés de gourdins , protégés par des boucliers semblables à ceux des policiers, ont escaladé leurs propres barricades avant de se lancer à l'assaut d'un cordon des forces de l'ordre. Les policiers ont reculé sur plusieurs centaines de mètres, abandonnant le terrain qu'ils avaient repris lors d'un assaut dans la nuit de mardi à mercredi. Ils ont protégé leur recul par des tirs soutenus de balles en caoutchouc qui ont blessé une dizaine de manifestants, aussitôt chargés sur des brancards et évacués vers les infirmeries de fortune de l'opposition.

Cocktails molotov et fusées de détresse

Critiqué de toutes parts après la mort de 28 personnes dans les violences de ces derniers jours, le président Viktor Ianoukovitch avait annoncé mercredi soir une "trêve" avec les manifestants. Sur le terrain, celle-ci a été relative : toute la nuit, des manifestants ont harcelé de cocktails molotov et de fusées de détresse les policiers anti-émeute sur le Maïdan qui répliquaient régulièrement par des tirs de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène.

Ce regain de violences survient alors que les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais sont arrivés à Kiev  pour rencontrer le président Viktor Ianoukovitch et les dirigeants de l'opposition. Objectif : prendre des sanctions vis-à-vis de l'homme fort, Viktor Ianoukovitch. "Je lui dirai qu'il faut arrêter la violence, qui est évidemment inacceptable, et que nous nous apprêtons cet après-midi à prendre des sanctions contre ceux qui sont responsables de la violence", a lancé Laurent Fabius à Europe 1. Après avoir été annulée pour "raisons de sécurité", la réunion a finalement débuté en fin de matinée.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter