PODCAST - Berlin, 1989-2019 : Michel Scott raconte la chute du Mur

International

Toute L'info sur

Berlin, histoire(s) d’un Mur

PODCAST - Des premiers soubresauts démocratiques à l’Est du Rideau de fer jusqu’au concert improvisé de Mstislav Rostropovich sur checkpoint Charlie, Michel Scott, grand reporter à TF1, vous raconte cinq podcasts de la chute du mur de Berlin.

Le mur de Berlin s’est écroulé après 28 ans d’existence. Un effondrement brutal dont le sort, que Michel Scott, grand reporter à TF1, vous raconte en cinq podcasts, s’est noué dans les coulisses d’un régime à l’agonie.

Lire aussi

La première brèche

Épisode précurseur des événements de novembre, le 19 août 1989, en Hongrie, non loin de la ville de Sopron, un inédit "pique-nique pan européen" est organisé sur la frontière avec l’Autriche. La foule, venue de Hongrie mais aussi de RDA, est immense. Avec elle, des Autrichiens qui ont été autorisés à franchir le Rideau de fer. Avant que le flux ne s’inverse et que plusieurs centaines de personnes ne profitent de cette incroyable occasion pour passer à l’Ouest.

Le baiser de la mort

Le 6 octobre 1989, Mikhaïl Gorbatchev débarque à Berlin-Est pour célébrer les 40 ans de la très figée RDA. Face à l’aveuglement de l’inflexible Erich Honecker, qui dirige le pays d’une main de fer depuis 1971, le maître du Kremlin comprend que le système communiste est-allemand est à bout de souffle. Un mois plus tard, le Mur tombera.

Un inconnu dans l'Histoire

Au soir du 9 novembre 1989, la chute du Mur de Berlin est précipitée par un apparatchik de seconde zone nommé Günter Schabowski. Lors d’une conférence de presse qui restera dans l’Histoire, l’éphémère secrétaire du Comité central pour l’Information, se perd dans ses fiches et annonce, à la stupeur générale, l’ouverture de la frontière entre les deux Allemagne. "Tout de suite, immédiatement", balbutie-t-il. Trois mots qui jetèrent des milliers d’est-allemands sur un Mur déjà bien fissuré.

Angela, première nuit à l'Ouest

Sitôt l’ouverture des frontières annoncée, dans la confusion générale, des milliers d’est-allemands se pressent sur le checkpoint de la Bornholmer strasse, exigeant la levée des barrières. Parmi eux, une jeune physicienne de 35 ans qui va passer les premières heures de sa vie à l’Ouest. Elle se nomme Angela Merkel.

Rostropovitch : Bach pour l'éternité

Il fallait qu’il témoigne. A sa manière, avec maestria. Le 11 novembre 1989, le violoncelliste "Slava" Rostropovitch s’envole de Paris pour Berlin et se rue vers checkpoint Charlie. Là, assis sur une simple chaise devant un mur à peine écroulé, le maître russe, mis à l’index par le régime soviétique et contraint à l’exil à l’Ouest, exécute, de manière totalement improvisée, une suite Bach. Des notes magiques qui résonneront pour longtemps dans l’Histoire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter