"On a fait des choses qui n'étaient pas propres" : le pape François reconnaît un scandale de corruption au Vatican

"On a fait des choses qui n'étaient pas propres" : le pape François reconnaît un scandale de corruption au Vatican
International

SCANDALE - Mardi, dans l’avion qui le ramenait du Japon, le pape François a admis que le Vatican était actuellement touché par un scandale de corruption. Une affaire dévoilée pour la première fois grâce à des actions menées en interne.

Un aveu et une satisfaction. Dans l’avion le ramenant du Japon, le pape François a surpris son auditoire lors d’une conférence de presse. De lui-même, il a en effet abordé la question d’un scandale de corruption qui frappe depuis quelques semaines le Vatican, se félicitant immédiatement que celui-ci ait été découvert grâce à des actions internes et non suite à des investigations ou interventions extérieures.

"On a fait des choses qui n'étaient pas propres, ce n'est pas bien que cela arrive au Vatican", a notamment déclaré le pape François à propos de ce scandale de corruption qui a conduit au début du mois d’octobre à des perquisitions au sein du Vatican ainsi puis à la suspension provisoire de cinq suspects, dont le numéro deux de l'autorité anti-blanchiment (AIF) et un prélat de la Secrétairerie d'Etat, le gouvernement du Vatican. Objet de ces recherches internes au Vatican : un circuit opaque d’acquisition d’un immeuble londonien grâce aux dons faits à l’Eglise.

Le pape François salue Benoît XVI

Satisfait que la justice vaticane ait eu la possibilité de mener à bien son enquête, l’évêque de Rome a également salué le travail entrepris par son prédécesseur pour faciliter le bon fonctionnement des mécanismes d’alerte internes. "C'est la première fois qu'au Vatican, une chose est découverte de l'intérieur et non de l'extérieur. C'est arrivé si souvent de l'extérieur, avec beaucoup de honte. Cela a été mis au jour grâce aux mécanismes internes qui ont commencé à fonctionner et que le pape Benoît XVI avait commencé à mettre en place. Je rends grâce à Dieu parce que le système de contrôle du Vatican fonctionne bien."

Lire aussi

"C'est le réviseur des comptes internes qui a dit : 'ici, il y a quelque chose de mauvais'", a détaillé le chef de l’Eglise catholique, qui a pris ses responsabilités en recommandant de saisir le procureur suite aux révélations qui lui ont été faites. "A ce jour, même si la présomption d'innocence demeure, les capitaux ne sont plus administrés par eux (les cinq suspects, entendus d’ici un mois, ndlr)", s’est aussi réjoui le pape François.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent