Portugal : le pays interdit les animaux sauvages dans les cirques

Portugal : le pays interdit les animaux sauvages dans les cirques

International
DirectLCI
DÉFENSE DES ANIMAUX - D'ici 2014, les animaux sauvages seront interdits dans les cirques au Portugal. Cette loi adoptée par le Parlement, ce mardi, a été saluée par les associations de défense des animaux.

Les animaux sauvages dans les cirques au Portugal, c'est fini ! Le Parlement a adopté une loi interdisant, d'ici 2024, les animaux sauvages. Une liste de 1100 animaux a ainsi été dressée et leur exploitation est désormais interdite. Très attendue par les associations de défense des animaux, cette décision a été saluée. "La place des animaux sauvages n'est pas dans les cirques. Les gens doivent pouvoir se divertir sans souffrance pour les animaux", a déclaré à l'AFP Bianca Santos, vice-présidente de l'association portugaise AZP, qui milite pour le bien-être des animaux.

Cette loi, déjà adoptée par une quarantaine de pays, dans le monde, a été approuvée par les députés de tous bords politiques. "Le Parlement a enfin compris que des cages plus grandes, des règles plus strictes ou davantage de contrôles n'étaient pas une solution au problème de ces animaux, réduits à de simples marionnettes, à qui on a retiré leur dignité", a réagi le député André Silva, du Parti personnes-animaux-nature (PAN), qui a le premier soumis un projet de loi sur ce sujet il y a près d'un an.

Concrètement, cela ne se fera pas du jour au lendemain et les cirques auront six ans pour s'adapter. Les propriétaires des cirques devront enregistrer ces animaux sur une plateforme qui sera créée prochainement, tandis que le gouvernement devra organiser le placement de ces animaux dans des centres d'accueil, au Portugal ou à l'étranger. 


Et une aide substantielle sera proposée aux professionnels du cirque qui accepteront de se séparer des animaux : ils bénéficieront d'une aide pour leur reconversion professionnelle. Néanmoins, si elle a été saluée par de nombreux politiques, l'association qui représente une vingtaine de cirques dans le pays proteste contre ce qu'elle estime être la disparition de la filière. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter