Pour Trump, c'est l'arrivée massive de réfugiés qui a causé le Brexit (et ce n’est que le début)

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

EUROPE - Pour Donald Trump, la crise identitaire que traverse l'UE a été causée par une gestion désastreuse de la crise migratoire. Avec Angela Merkel comme principale responsable.

Au cours d'un long entretien accordé aux quotidiens allemand Bild et britannique Times, Donald Trump s'est longuement exprimé sur l'Europe. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à quelques jours de sa prise de fonction, il n'a pas mâché ses mots. Avec cette  sombre prédiction en point d'orgue : "Après le Royaume-Uni, d'autres pays vont quitter l'UE". Première bombe lâchée. 

Les peuples, les gens, veulent leur propre identité- Donald Trump

Car si Donald Trump ne donne pas cher de l'avenir de l'Europe, c'est en raison selon lui, de la crise migratoire qu'elle traverse. "Je crois vraiment que si les pays de l'UE n'avaient pas été obligés de prendre tous les réfugiés, avec tous les problèmes qui vont avec, il n'y aurait pas eu de Brexit", poursuit-il. 

Et sur la question des réfugiés, il critique sévèrement la chancelière allemande, Angela Merkel. "Je pense qu'elle a fait une erreur catastrophique et que c'était de prendre tous ces migrants illégaux, de prendre tous ces gens d'où qu'ils viennent". D'autant que pour Donald Trump, l'UE est dominée par l'Allemagne. "Vous regardez l'Union européenne et cela revient à l'Allemagne, c'est en gros un instrument pour l'Allemagne. C'est la raison pour laquelle je pense que le Royaume-Uni a eu bien raison d'en sortir. Les peuples, les gens, veulent leur propre identité et le Royaume-Uni voulait sa propre identité", a-t-il ajouté. 

Malgré tout, Donald Trump a dit avoir "beaucoup de respect" pour Angela Merkel, qui "est de loin l’un des chefs de gouvernements les plus importants". 

"Je la respecte, je l’apprécie mais je ne la connais pas, donc je ne peux pas dire qui je soutiendrais" lors des élections législatives allemandes prévues en principe fin septembre, "au cas où je soutienne quelqu’un".

Velleité de rapprochement avec le Royaume-Uni

Lors de cette interview, Donald Trump en a également profité pour tendre la main au Royaume-Uni. Le président élu américain assure le Brexit sera "un succès" et a annoncé qu'il voulait conclure "rapidement" un accord commercial avec le Royaume-Uni. "Nous allons travailler très dur pour qu'un tel accord soit conclu rapidement et dans les règles. Ce serait bon pour les deux parties", a t-il souligné. 

Un appel du pied de Donald Trump qui survient alors que la Première ministre britannique, Theresa May, doit exposer ce mardi sa vision des futures relations avec l'UE. La locataire du 10 Downing Street a déclaré à multiples reprises vouloir conserver le plus large accès possible au marché unique tout en nouant le plus d'accords commerciaux possibles avec les pays hors UE. L'occasion ainsi pour Donald Trump de d'ores et déjà placer ses pions. 

En vidéo

Donald Trump, son incroyable contre-attaque

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter