Pour les Américains, "entendre Obama prononcer 'Nigger', c'est un tsunami"

Pour les Américains, "entendre Obama prononcer 'Nigger', c'est un tsunami"

DirectLCI
POLEMIQUE - Au cours d'une interview, le président des Etats-Unis a réagi à la fusillade de Charleston dans laquelle neuf Afro-américains ont été tué par Dylann Roof, un jeune homme blanc. Pour la première fois, Barack Obama a prononcé le mot "nigger" (nègre), un terme raciste, tabou aux Etats-Unis.

Le mot a été lâché. En utilisant ouvertement le terme tabou de "nigger" (nègre en Français) dans une interview à la radio, Barack Obama a placé l’Amérique face à ses vieux démons : le racisme et le poids de la ségrégation. "Il ne s’agit pas seulement de ne pas dire 'nègre' en public parce que c’est impoli, ce n’est pas à cela que l’on mesure si le racisme existe toujours ou pas", a lancé le locataire de la Maison blanche, une semaine après la fusillade à Charleston où 9 paroissiens afro-américains ont été tué par le suprémaciste Dylann Roof.

A LIRE AUSSI >>  Une semaine après le drame de Charleston, l'interview confession d'Obama

Pour les Américains, "entendre Barack Obama prononcer le mot 'nigger', c’est un tsunami", décrypte Thomas Snegaroff, directeur de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), contacté par metronews. De fait sur les réseaux sociaux, les réactions se sont multipliées quand, illustration du malaise, les journaux, ont eux utilisé le terme de "N-word " pour relater l’intervention présidentielle. Les télévisions ont remplacé le terme honni par un bip. Seul le site Gawker.com a bravé l’interdit implicite.

"Aujourd’hui, le président américain a dit la vérité"

"C’est très hypocrite de reprocher à Barack Obama d’utiliser le mot 'nigger', commente également pour metronews Nicole Bacharan, spécialiste des Etats-Unis, interrogée sur le flot de critiques qui a suivi la sortie présidentielle. Certains reprochant même à Barack Obama d'entacher la fonction suprême du pays. Mais, comme le rappelle l’experte, le terme "nigger", héritage passé de l’esclavagisme et de la ségrégation raciale, est présent partout "dans le rap, dans les films..." mais reste l’un des plus grands tabous dans les milieux médiatiques et politiques. "Aujourd’hui, le président américain a dit la vérité, a dénoncé ce faux-semblant", considère la politologue. 

En prononçant ce mot à dessein, "Barack Obama est enfin devenu un président noir", enchérit Thomas Snegaroff, précisant que lui seul pouvait dénoncer ce tabou "sans être taxé de racisme".

A LIRE AUSSI >>  Nouvelle relaxe d'un policier aux Etats-Unis : Barack Obama dans "l'impasse raciale"?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter