Pourquoi la visite du Premier ministre japonais à Pearl Harbor est importante et historique

Pourquoi la visite du Premier ministre japonais à Pearl Harbor est importante et historique

WWII – Sept mois après la visite de Barack Obama à Hiroshima, celle de Shinzo Abe mardi à Pearl Harbor, la première – officielle – d’un dirigeant japonais depuis l’attaque éclair du 7 décembre 1941, est d’ores et déjà vue comme un pur moment d’Histoire. Voici pourquoi.

Montrer que la paix a pris le pas sur l’horreur. Soixante-quinze ans et vingt jours après l’attaque de la Pearl Harbor par le Japon, qui a précipité l’entrée des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, le Premier ministre nippon Shinzo Abe s'est rendu mardi aux côtés de Barack Obama sur la base militaire américaine d’Hawaï. 

Une visite, la première – officielle (Shigeru Yoshida s’y était rendu à titre privé en 1951, de retour de la Conférence de San Francisco, ndlr) – d’un dirigeant japonais, d’ores et déjà vue comme un pur moment d’Histoire, sept mois après celle, tout aussi historique, de l’actuel locataire de la Maison-Blanche à Hiroshima.

Les deux hommes se sont rejoints en milieu de journée (dans la soirée en heure française), par bateau, devant le mémorial USS Arizona. Ce lieu de mémoire aux lignes épurées, ouvert sur la mer et le ciel, fut érigé dans les années 60 juste au-dessus de l'épave rouillée du cuirassé éponyme, détruit par l'aviation nippone et dans lequel périrent 1 177 soldats américains.

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Sceller un peu plus l’alliance Washington-Tokyo déjà forte

Si, comme lors de la visite de Barack Obama en mai dernier à Hiroshima, Shinzo Abe ne s'est pas excusé au nom du Japon, il n'a pas manquer de rendre hommage aux victimes et, surtout, de louer la solidité de l'alliance entre Washington et Tokyo, celle de deux anciens ennemis devenus alliés. Saluant la mémoire de "tous les hommes et les femmes courageux qui ont perdu la vie dans une guerre qui a commencé à cet endroit même", le chef du gouvernement nippon a exhorté à "ne jamais répéter les horreurs de la  guerre" et présenté ses "sincères et éternelles condoléances aux âmes de ceux qui ont la vie ici".

En vidéo

Shinzo Abe présente ses "sincères et éternelles condoléances"

"Le message que je veux envoyer au monde, ici, à Pearl Harbor, avec le président Barack Obama, est celui du pouvoir de la réconciliation", a déclaré Shinzo Abe dans un discours chargé d'émotion. "En tant que nations et peuples, nous ne pouvons choisir l'histoire dont nous héritons mais nous pouvons choisir les leçons que nous en tirons", a estimé en echo le chef d'Etat américain, soulignant que l'alliance entre les deux pays n'avait "jamais été aussi forte".

En vidéo

Visite de Shinzo Abe à Pearl Harbor : "Un geste historique" pour Barack Obama

Un épilogue à la conversation entre les deux pays sur le passé et sur la guerre"- Sheila Smith, chercheuse américaine spécialiste du Japon

"C'est en quelque sorte un épilogue à la conversation entre les deux pays sur le passé et sur la guerre, estime Sheila Smith, chercheuse au Council on Foreign Relations, spécialiste du Japon. Et cela envoie un message sur la réconciliation qui est important pour la région." Même son de cloche du côté de Mireya Solis, universitaire experte de l’Asie à la Brookings Institution à Washington, pour qui les deux dirigeants envoient "un message fort sur la solidité de l'alliance USA-Japon".

Envoyer un message à Trump et marquer (encore) l’Histoire

Un message qui, toujours selon Mireya Solis, s’adresse aussi implicitement à Donald Trump, à un moment où ce dernier, qui accédera au Bureau ovale le 20 janvier prochain, multiplie les déclarations imprévisibles et parfois contradictoires sur ses futures orientations diplomatiques. 

Durant sa campagne, le républicain avait par ailleurs promis de renégocier le financement des quelque 50.000 soldats américains stationnés dans l'archipel nippon. Il s'était aussi prononcé contre l'accord de libre-échange transpacifique (TPP), dont Shinzo Abe est un fervent défenseur. Il avait enfin laissé des réserves quant au déplacement de Barack Obama à Hiroshima. "Lorsqu'il est au Japon, le président Obama évoque-t-il l'attaque sournoise de Pearl Harbor ? Des milliers de vies américaines perdues", avait-il alors tweeté.

Avec Trump, la relation Etats-Unis-Japon restera très forte"- Jon Davidann, historien à l'Université d'Hawaï

Mais depuis son élection le 8 novembre, le tribun populiste a cependant tu ses critiques envers Tokyo, réservant ses piques les plus acérées – et les plus imprévisibles – au grand rival chinois. Shinzo Abe fut d’ailleurs le premier dirigeant étranger à le rencontrer dans la "Trump Tower" à New York, après son élection. "La politique étrangère de Donald Trump est une grande inconnue. Difficile de faire des prédictions, mais je pense que la relation Etats-Unis-Japon restera très forte", juge Jon Davidann, historien à la Hawaï Pacific University.

Mais au-delà d’avertir son successeur, cette rencontre permet aussi à Barack Obama de montrer que ce qu’il a fait, en se rendant à Hiroshima puis en accueillant le Japon à Pearl Harbor, est irréversible. L’occasion, aussi, de marquer encore l’Histoire et de forger sa "légende" diplomatique, après le dégel de la relation avec Cuba, la conclusion de l’accord sur le nucléaire iranien ou encore le retrait des troupes américaines d’Irak. 

En vidéo

Obama à Hiroshima : les images d'un moment historique

En vidéo

Hiroshima : Barack Obama veut laisser une trace dans l'histoire

En vidéo

Japon : 70 ans après, des enfants font un "die-in" en hommage à Hiroshima

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : huit cas possibles du variant Omicron détectés en France

EN DIRECT - Crise des migrants : un avion de Frontex va surveiller la Manche "jour et nuit" à compter de mercredi

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.