A 14h38, les Islandaises ont quitté le travail pour dénoncer les inégalités de salaire

DirectLCI
PILE A L’HEURE - En Islande, des associations féministes ont appelé les femmes à quitter leur travail à 14h38 lundi 24 octobre. Le but du mouvement ? Protester contre l’écart de rémunération entre hommes et femmes.

Elles étaient appelés à quitter le travail à 14h38, ce lundi, pour protester. En Islande, des associations féministes et des syndicats ont appelé les femmes à sortir de leur lieu de travail, et se réunir, à la fois à Reykjavík, la capitale, et dans toutes les villes du pays, pour manifester à partir de 15h15.


Le but : protester contre les écarts de rémunération entre hommes et femmes en Islande. Mais pourquoi avoir choisi une mobilisation à partir de 14h38 ? Une telle heure, si précise, n’est en effet pas anodine : en comparant avec la rémunération des hommes, les femmes islandaises travaillent pour rien après cette heure, tous les jours.

L'égalité des salaires en... 2068

La lutte pour l’égalité des salaires en Islande n'a rien d'une sinécure : d’après les tendances de la dernière décennie, il semblerait, suivant les calculs du site icelandreview, qu’il faille attendre 52 ans pour éliminer l’écart salarial entre hommes et femmes dans le pays.


Le premier jour off pour les femmes, appelé "Women Day off", a été mis en place en Islande le 24 octobre 1975. Ce jour-là, des dizaines de milliers de femmes avaient quitté leur travail, et s'étaient réunies dans le centre-ville de  Reykjavík, pour attirer l’attention sur leur rôle important dans la société. 


Le deuxième jour des femmes a eu lieu le 24 octobre 2005. Elles avaient là aussi quitté leur job à la minute où elles commençaient à travailler gratuitement par rapport aux hommes. Il était 14h08. En 2008, elles ont quitté leur emploi à 14h25 : en 11 ans, moins de trois minutes ont été gagnées chaque année pour réduire l’écart de rémunération entre les sexes. A ce compte-là, il faudra attendre 2068 pour qu’hommes et femmes jouissent de l’égalité de rémunération, estiment les associations féministes.

En vidéo

VIDEO. Manuel Valls : "Beaucoup a été fait pour l’égalité femme/homme"

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter