Poutine victime de la censure chinoise pour un geste galant envers la Première dame du pays

International

EFFET STREISAND – En voulant cacher un geste du président russe, qui a donné sa veste à la Première dame de Chine, lundi 10 novembre, la censure chinoise lui a donné un écho inattendu.

Même Vladimir Poutine n’échappe pas à la censure chinoise. Le président russe vient de l’apprendre à ses dépens, ce lundi 10 novembre.

La raison ? Un geste visiblement jugé inapproprié par Pékin. Lors du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) dans la capitale chinoise, et alors que Xi Jinping, le président, est en pleine discussion avec Barack Obama, Vladimir Poutine a mis sa veste sur le dos de la première dame chinoise pour la protéger des courants d’air.

Une scène capturée par les caméras, repérée par Foreing policy   et relayée ensuite par les médias étrangers dont par Francetvinfo (à la 41e seconde).

Quelques heures après la scène, et face au succès de la vidéo, la censure fait son oeuvre et nettoie sites internet et réseaux sociaux de ce qui est qualifié au mieux de geste de galanterie au pire de tentative de drague . La scène est pourtant furtive : sitôt après avoir accepté le manteau, Peng Liyuan le retire et le donne à un serveur.

Et comme souvent, lorsque l’on cherche à cacher des informations sur internet il se produit le résultat inverse : c’est l’effet Streisand .

Lire et commenter