Premier coup de fil pour Biden et Macron, qui se réjouissent d'une "grande convergence de vues"

Premier coup de fil pour Biden et Macron, qui se réjouissent d'une "grande convergence de vues"

DIPLOMATIE - Le président américain et son homologue français ont devisé une heure au téléphone, dans la nuit du dimanche 24 au lundi 25 janvier, ont indiqué l'Élysée et la Maison Blanche.

Entre un président français issu du centre et un président américain démocrate, la convergence idéologique ne faisait guère de doute. Mais à la sortie de leur premier coup de téléphone, Emmanuel Macron et Joe Biden ont pu constater une "grande convergence de vues", a estimé l'Élysée au moment de communiquer sur la conversation. Le tout frais chef d'État américain, 78 ans, et son homologue français, qui ne se sont jamais rencontrés, ont partagé une "conversation amicale et de travail" d'une heure, et le tout en anglais, a précisé le Palais.

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

Côté Maison Blanche, la conversation a également suscité l'enthousiasme. Après l'échec à faire ployer Donald Trump de ses visées unilatérales, Emmanuel Macron se réjouira du désir américain de "renforcer les liens bilatéraux" avec la France, qualifiée comme le veut la coutume de "plus ancien allié" des États-Unis. Premier responsable de l'Union européenne à être appelé par Joe Biden (il suit Justin Trudeau et Boris Johnson), Emmanuel Macron n'a eu de cesse de saluer les différentes dispositions prises par Joe Biden depuis son arrivée au pouvoir. 

Lire aussi

Des "défis communs" à relever

Parmi eux, la décision immédiate de réintégrer l'accord de Paris, qu'Emmanuel Macron avait vainement tenté Donald Trump de dénoncer, ou encore celle de rembourser la participation américaine à l'Organisation mondiale de la Santé, annulée par les États-Unis aux premiers pas de la pandémie. Biden et Macron se sont ainsi accordés sur la nécessité de coordonner leurs politiques sur les "défis communs comme le changement climatique, le Covid-19 et le rétablissement de l'économie mondiale", a précisé la Maison Blanche.

C'est aussi sur la question hautement sensible du nucléaire iranien que les deux hommes ont décidé d'accorder leurs violons. Dénoncé par Donald Trump, cet accord prévoyait de limiter les capacités d'enrichissement nucléaire de Téhéran, soupçonné de vouloir s'armer de bombes nucléaires, en contrepartie d'une cessation des sanctions économiques. Ces sanctions rétablies par l'administration Trump, l'Iran ne se sentait plus tenu par les termes de l'accord et avait alors repris son programme nucléaire civil. Un des espoirs portés par les deux hommes consiste à revoir cet accord, mais aussi à "travailler ensemble sur les priorités partagées en politique étrangère, notamment sur la Chine, le Moyen-Orient, la Russie et le Sahel", a ajouté l'Élysée.

Paris a également souligné combien la France avait été sensible aux signes d'attachement de Joe Biden au pays, lui qui présente une lointaine ascendance française. Et qui avait prêté serment, mercredi 20 janvier, sur une Bible de Douai vieille de plus de 400 ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

" J'ai 30.000 euros de dettes" : ces travailleurs ruinés par la crise du Covid

Lire et commenter