Première journée électrique au Sénat pour l'audition de la juge Barrett, nommée par Trump à la Cour suprême

Première journée électrique au Sénat pour l'audition de la juge Barrett, nommée par Trump à la Cour suprême
International

ETATS UNIS - Le Sénat a entamé lundi l'audition de la juge Amy Coney Barrett par un dialogue de sourds entre des républicains fiers de cette "brillante" juriste et des démocrates fustigeant un calendrier "irresponsable" en pleine pandémie et à moins de trois semaines de la présidentielle.

Juge "fantastique" pour les uns, "illégitime" pour les autres. Amy Coney Barrett a débuté lundi son parcours du combattant pour entrer – c'est en tout cas le souhait de Donald Trump – à la Cour Suprême des Etats-Unis. La magistrate conservatrice s'est présentée au Sénat où, durant une semaine, elle doit répondre aux questions des membres de la commission juridique.

Accompagnée de six de ses sept enfants, cette fervente catholique s'est présentée lundi au Sénat, chargé par la Constitution d'avaliser sa nomination. A cette occasion, les membres de la commission disposaient de 10 minutes chacun pour des déclarations générales. Sans surprise, tous ont étalé leurs divisions : les républicains, majoritaires à la chambre haute du Congrès, ont loué une juriste "brillante", une femme "exceptionnelle", une "superstar légale" qui, selon eux, saura défendre les libertés religieuses.

Lire aussi

Une audition "irresponsable" selon les démocrates

Les démocrates, qui ont peu de leviers pour bloquer sa confirmation, ont dénoncé une audition "irresponsable" en pleine pandémie, d'autant que trois sénateurs républicains ont été testés positif au Covid-19 en début de mois. Ils ont également accusé Donald Trump et les républicains de mépriser les électeurs, dont plusieurs millions ont déjà voté par correspondance et dénoncé un processus de confirmation "illégitime" si près du scrutin.

 

S les démocrates ont multiplié les critiques, un domaine a été écarté : la religion. "Sa foi ne doit pas entrer en considération", a insisté lors d'un déplacement de campagne Joe Biden, le rival de Donald Trump, lui-même catholique pratiquant. Sa colistière, Kamala Harris, a comme les autres démocrates de la commission sénatoriale, opté pour un autre angle d'attaque : la défense de la loi sur l'assurance-santé de l'ancien président Barack Obama.

"Elle va être une juge fantastique"

Les républicains ont ainsi tenté à plusieurs reprises, soit au Congrès soit devant la justice, d'abolir cette loi dite "Obamacare", qui a octroyé une couverture maladie à des millions d'Américains. Or, un de leur recours doit être examiné en novembre par la Cour suprême qui, à en croire les démocrates, risque de l'annuler si la juge Barrett participe à la décision.

Toute l'info sur

Présidentielle US : Trump vs Biden, l'affiche d'une élection imprévisible

Suivez les dernières informations sur l'élection présidentielle américainePODCAST EXCLUSIF : Far West. Suivez les élections dans la peau d'un électeur américain

Donald Trump, à la peine dans les sondages face au démocrate Joe Biden, mise donc sur sa nomination pour galvaniser ces électeurs de droite, souvent évangéliques ou catholiques traditionalistes. "Elle va être une juge fantastique", a-t-il prédit lundi soir lors d'un meeting en Floride, le premier depuis qu'il a été dépisté positif au Covid-19 le 1er octobre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 50.000 nouveaux cas détectés en 24 heures

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : un deuxième homme au contact du terroriste interpellé

Jody éliminée de "Koh-Lanta" : "Je suis soulagée que ce soit terminé"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent