L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Obama fait campagne pour Biden, mais pas seulement"

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Obama fait campagne pour Biden, mais pas seulement"

INTERVIEW - Jusqu'au 3 novembre, la journaliste et correspondante à la Maison-Blanche Laurence Haïm décrypte pour LCI.fr la dernière ligne droite de cette folle course à la présidence.

Le 3 novembre prochain, les Américains choisiront qui de Donald Trump ou Joe Biden occupera le poste de président des États-Unis pour les quatre prochaines années. Même si les sondages donnent depuis plusieurs semaines l'avantage au candidat démocrate, les dés sont loin d'être jetés, comme ce fut le cas lors de la présidentielle de 2016, quand Hillary Clinton était elle aussi en tête des enquêtes d'opinion.

D'ici là, Laurence Haïm décrypte tous les jours depuis Washington l'actualité de la campagne. Au menu ce dimanche : le dernier week-end de cette folle course à la Maison Blanche.

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Barack Obama fait campagne pour son ancien vice-président, mais pas seulement : il fait aussi campagne pour que son Amérique revienne contre celle de Donald Trump.- Laurence Haïm

Que dire de ce dernier week-end de campagne avant le jour-J ?

Laurence Haïm : Ce dernier week-end est comme celui de chaque fin de campagne. De part et d'autre, il y a une excitation énorme. D'un côté, les médias américains ne cessent de parler des derniers sondages. Contrairement à la France, ils ont droit de le faire jusqu'au dernier moment. Les chaînes d'information en continu, elles, entretiennent le suspens car il y a une incertitude véritable pour savoir pour qui ont voté ces Américains qui se rendent massivement aux urnes depuis quelques jours : 90 millions d'électeurs ont déjà voté.

Les candidats jettent leur dernières forces dans la campagne. Quel programme pour eux ?

Donald Trump fait ce qu'on attend d'un candidat, surtout dans la dernière ligne droite. Il entame un véritable marathon avec dix États en deux jours. Il se concentre surtout sur les États-clés où il y a une incertitude pour lui. Le système n'étant pas celui du suffrage universel direct, les candidats doivent viser des États à même de leur ramener des grands électeurs. C'est pour ça que ses derniers jours de campagne se passent en Pennsylvanie, dans le Michigan et en Floride par exemple.

Pour Joe Biden, sa fin de campagne est axée autour de la pandémie. Ce qui me frappe, c'est qu'il fait seulement un ou deux meetings par jour, toujours masqué. Samedi, Barack Obama était à ses côtés pour leur premier meeting ensemble, où l'ancien président a introduit son ancien vice-président, qui est arrivé en trottinant avec un masque. C'est une image que je n'avais vue depuis que je couvre des campagnes présidentielles.

Lire aussi

Leurs proches participent-ils aussi à l'effort ?

Côté Biden, c'est son épouse Jill Biden qui est envoyée en urgence en Floride, où l'écart se resserre entre les deux candidats. Côté Trump, c'est Ivanka Trump, la fille du président, qui donne un meeting en Caroline du Nord pour soutenir le candidat républicain au Sénat. Car la présidentielle n'est pas la seule élection, les républicains souhaitent garder la majorité au Sénat.

L'omniprésence de Barack Obama depuis deux semaines, c'est du jamais-vu pour un ancien président des États-Unis ?

Le rôle d'Obama est très important dans cette campagne. On savait depuis plusieurs semaines qu'il était très inquiet pour l'avenir de l'Amérique. Cependant, il faut noter qu'on le voit faire campagne pour son ancien-vice président mais qu'il n'a donné aucune interview à la presse. Ils ont une stratégie simple, qui est de dire 'si vous tenez à cette belle Amérique, qui veut montrer au monde qu'elle n'est pas une Amérique divisée, raciste et du chaos permanent, alors il faut voter pour les démocrates'. C'est la stratégie du clan Obama. Beaucoup d'anciens membres de sa deuxième administration sont dans les équipes de Joe Biden. Donc il ne faut pas se tromper. Barack Obama fait campagne pour son ancien vice-président, mais pas seulement : il fait aussi campagne pour que son Amérique revienne contre celle de Donald Trump.

Vous étiez à un meeting de Donald Trump samedi, quelle a été votre impression ?

Ça faisait quelques mois que je n'avais pas été à un meeting du président et j'ai été très surprise de voir l'adoration de ses supporters quoi qu'il dise ou qu'il fasse. On n'a pas l'impression d'être avec des militants mais avec des fans qui adorent Donald Trump et qui détestent les journalistes. J'étais dans la tribune presse avec Magali Barthes (envoyée spéciale pour TF1 et LCI aux États-Unis, ndlr.) quand Donald Trump a commencé à attaquer la presse. Le public s'est retourné et nous a copieusement sifflés. On a également eu les traditionnels "Fake News !". Il y a une libération de la parole et une radicalisation dans l'Amérique Trump qui m'a personnellement inquiétée.

Les élections US vous intéressent ? Écoutez notre podcast "Far West"

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Plongez dans le Far West électoral de la campagne américaine. Une élection présidentielle 2020 totalement hors-norme qui promet d’être plus électrique et passionnante que jamais.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - À peine président, Joe Biden signe une série de décrets dont le retour dans l'Accord de Paris

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

EN DIRECT - Feu vert de l'Assemblée nationale à l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin

Vents violents : cinq départements désormais en vigilance orange

Hospitalisations : les chiffres de Santé Publique France diffèrent de ceux des hôpitaux, pourquoi ?

Lire et commenter