Qui est Kamala Harris, la colistière de Biden qui va affronter Mike Pence en débat ?

Qui est Kamala Harris, la colistière de Biden qui va affronter Mike Pence en débat ?
International

ETATS-UNIS - La sénatrice Kamala Harris, colistière de Joe Biden, affronte mercredi 7 octobre Mike Pence pour un débat qui promet d'être électrique.

"Ma mère me disait souvent : Kamala, tu seras peut-être la première à accomplir de nombreuses choses. Assure-toi de ne pas être la dernière". Cette anecdote, que Kamala Harris aime à répéter, pourrait prochainement se réaliser. La sénatrice de 55 ans qui épaule Joe Biden dans sa course à la Maison Blanche deviendrait, si ce dernier est élu, la première femme vice-présidente des Etats-Unis. Reste à convaincre les électeurs qui votent le 3 novembre. Le débat prévu ce mercredi face à Mike Pence pèsera-t-il dans leur choix ?

Le vice-président républicain et la sénatrice démocrate vont en effet s'affronter à Salt Lake City. Un débat à l'heure du Covid-19 : en plus d'être placés à près de quatre mètres, ils seront séparés par une paroi en plexiglas. Pas sûr que cela suffise à intimider Kamala Harris. Depuis les débuts de sa carrière, cette fille d'un immigré jamaïcain et et d'une immigrée indienne en a vu d'autres. Et elle accumule les titres de pionnière : après deux mandats de procureure à San Francisco (2004-2011), elle avait été élue, deux fois, procureure de Californie (2011-2017), devenant alors la première femme, mais aussi la première personne noire, à diriger les services judiciaires de l'Etat le plus peuplé du pays. Depuis janvier 2017, la procureure innove à nouveau en prêtant serment au Sénat à Washington. Elle devient ainsi la seconde sénatrice noire de l'histoire américaine et même la première à ce poste à avoir, par ailleurs, des origines d'Asie du Sud .

Lire aussi

De quoi "offenser" des hommes, selon Trump

Son ascension, Kamala Harris l'a débutée à Oakland, dans la Californie progressiste des années 1960 où elle a grandi, fière de la lutte pour les droits civiques de ses parents. Lors d'un débat des primaires démocrates en 2019, elle avait d'ailleurs raconté comment, petite fille, elle était dans l'un des bus amenant les écoliers noirs dans les quartiers blancs.

Après avoir abandonné la primaire en décembre, elle s'est ralliée à Joe Biden en mars. Mais certains alliés de l'ancien vice-président ne pardonnent pas à la sénatrice de ne pas avoir eu assez de "remords" après ses critiques et le mettaient en garde contre une colistière trop "ambitieuse". Autres reproches à son égard : son passé de procureure. En cause, notamment, son soutien à une loi californienne qui punissait durement les parents des enfants séchant l'école, ce qui avait été perçu comme affectant surtout les minorités et les plus modestes. Elle ne s'écarta guère d'une ligne pénale pro-carcérale, en particulier contre les délits mineurs, qui frappent surtout les minorités racisées. Pas plus qu'elle ne se battit véritablement contre la peine de mort, ou supporta la légalisation du cannabis. Un bilan dont elle s'est détournée depuis son arrivée au Sénat mais qui pourrait valoir une certaine méfiance de la part des démocrates progressistes et socialistes.

Toute l'info sur

Présidentielle US : Trump vs Biden, l'affiche d'une élection imprévisible

Suivez les dernières informations sur l'élection présidentielle américainePODCAST EXCLUSIF : Far West. Suivez les élections dans la peau d'un électeur américain

Joe Biden, lui, a fait son choix. Une décision sans doute pas du goût de Donald Trump. Interrogé par la radio Fox Sports, avant la révélation du nom de Kamala Harris, sur l'engagement de son rival démocrate à choisir une femme comme colistière, l'actuel hôte de la Maison Blanche a estimé que certains hommes pourraient se sentir "offensés".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Grèce reconfinée partiellement à partir de mardi

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : une troisième personne en garde à vue

Olivier Véran a-t-il affirmé que "c’est le confinement qui provoque la circulation du virus" ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent