Présidentielle en Turquie : l'UE juge que la campagne électorale n'a pas été "équitable"

DirectLCI
IL RESTE EN PLACE - Selon les autorités électorales, le président turc sortant Recep Tayyip Erdogan a remporté la présidentielle dès le premier tour. Son parti, l'AKP, aurait également la majorité au Parlement à l'issue des législatives. L'opposition dénonce des tentatives de fraude.
Live

RÉACTION


L'Union européenne estime que la campagne électorale qui a mené à la victoire d'Erdogan n'a pas été "équitable".

RÉACTION

Le principal rival d'Erdogan, Muharrem Ince, a annoncé lundi "accepter" sa défaite, tout en exhortant Recep Tayyip Erdogan à cesser d'être "le secrétaire général de l'AKP - le parti au pouvoir -" et devenir "le président de 81 millions de Turcs".

D'AUTOCRATE À AUTOCRATE

Lui-même réélu sans grande difficulté au début de l'année, Vladimir Poutine a salué la réélection de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan  l'élection présidentielle turque, lundi 25 juin, saluant "la grande autorité politique" de son allié. Dans un communiqué, le Kremlin a jugé que les résultats de ce premier tour, qui donne également une majorité parlementaire à Erdogan, témoignait "du large soutien accordé au cap fixé sous sa direction sur les questions sociales et  économiques auxquelles la Turquie est confrontée, et au renforcement de la position du pays en termes de politique étrangère".

DISCOURS 


"Le vainqueur de cette élection, c'est la démocratie, la volonté nationale. Le vainqueur de cette élection, c'est chacun des 81 millions de nos concitoyens", a clamé Erdogan devant ses partisans réunis à Ankara aux abords du siège de l'AKP. 

ÉLÉMENT D'EXPLICATION 


"La victoire d'Erdogan est incontestablement le signe de sa grande popularité auprès de l'électorat turc, en particulier l'électorat conservateur dans les régions rurales d'Anatolie, et le signe de sa résilience face à une opposition unie", estime Jana Jabbour, docteure associée au CERI/Sciences Po citée par l'AFP. 

PARTI PRO-KURDE


Le Parti démocratique du peuple a dépassé le seuil de 10%. Assez pour lui permettre d'envoyer ses représentants au parlement. 

Urgent

OFFICIALISATION 


Recep Tayyip Erdogan sort largement vainqueur du scrutin. Le président turc a obtenu la majorité absolue des voix après le dépouillement de 97,2% des bulletins, d'après la commission électorale citée par Reuters. 

ANNONCE 


Erdogan affirme qu'il se présentera "bientôt" au peuple du haut de son balcon à Ankara. L'occasion pour lui de proclamer sa victoire électorale.

SCRUTIN BIDONNÉ ?

EUROSCEPTICISME

ATTENTE


Les résultats définitifs ne seront connus que demain matin.

ERDOGAN


Le président réélu a tancé ses détracteurs à l'étranger mais aussi au sein de son pays.


"J'espère que personne ne cherchera à mettre de l'ombre à la grande force de la démocratie de notre pays en remettant en cause notre système électoral et les résultats dans le seul but de camoufler leur défaite", a-t-il indiqué.

EN IMAGES


Les partisans de l'AKP célèbrent la victoire d'Erdogan :

HDP (parti pro-kurde)

OPPOSITION


Le Parti démocratique du peuple (CHP), principale composante de l'opposition turque, a jugé la proclamation de la réélection du président Recep Tayyip Erdogan prématurée, dans la mesure où le dépouillement n'est pas achevé dans les grandes villes.


Selon les chiffres du mouvement, seulement 39% des voix ont été comptabilisées et le chef de l'Etat sortant en a remporté 51,7%, a précisé Bulent Tezcan, porte-parole du CHP.

PORTE-PAROLE


"Le peuple turc a élu Erdogan comme premier chef de l'Etat dans le nouveau régime présidentiel", a écrit sur Twitter le le porte-parole du gouvernement, Bekir Bozdag. "Le peuple turc a dit : 'Continuons' avec le président Erdogan".

ERDOGAN


Erdogan a pris la parole pour revendiquer la victoire :  "Les résultats non officiels des élections sont clairs. Selon eux, notre nation m'a confié la responsabilité de président de la République", a-t-il déclaré depuis Istanbul. Il se lance dans un nouveau mandat de cinq ans aux pouvoirs considérablement renforcés.


Le président sortant revendique également la majorité parlementaire pour l'alliance dominée par son parti, l'AKP.


Les résultats définitifs n'ont pas encore été rendus publics.

VICTOIRE D'ERDOGAN


Le porte-parole du gouvernement a annoncé la victoire au premier tour de Recep Tayyip Erdogan

RÉSULTATS PARTIELS (suite)


Recep Tayyip Erdogan obtient 53,32% des voix après dépouillement de 90,2% des suffrages exprimés lors de l'élection présidentielle de ce dimanche en Turquie, selon les chaînes de télévisions.


Muharrem Ince, chef de file de l'opposition (CHP), est quant à lui crédité de 30,4%.


Du côté des législatives, le Parti de la justice et du développement (AKP), auquel Erdogan appartient, recueille 43,1% après dépouillement de 90,17% des voix, toujours selon les chaînes de télévision.


Le CHP obtient 22,3%, le Parti démocratique des peuples (HDP), formation pro-kurde, 10,64% et le Parti d'action nationaliste (MHP) associé à l'AKP, 11,37%. Le seuil de représentativité est fixé à 10%.

FÉLICITATIONS


Le président ouzbèke,  Shavkat Mirziyoyev a félicité Erdogan "pour son succès électoral", selon l'agence gouvernemental Anadolu, tout comme le chef d'Etat de l'Azerbaijan, Ilham Aliyev et l'émir du Qatar.

AKP

ERDOGAN EN TÊTE


PRÉSIDENTIELLE :

Après dépouillement d'environ 70% des bulletins, le chef de l'Etat sortant dispose de 55,08% des voix alors que le principal candidat de l'opposition, Muharrem Ince, du Parti républicain du peuple (CHP), est crédité de 29,4%, selon les chaînes de télévision turques.


Si aucun candidat ne dépasse 50%, un second tour sera organisé le 8 juillet. La réforme constitutionnelle adoptée l'an dernier dans le cadre d'un référendum très serré va doter le vainqueur de pouvoirs élargis.


LÉGISLATIVES :

L'AKP dispose de 46,01% des voix après dépouillement de la moitié des bulletins. Le CHP est crédité de 20,3% et le Parti démocratique des peuples (HDP), formation pro-kurde, obtient 9,41%, soit un peu plus d'un demi-point sous le seuil de représentation.


La participation s'élève à 87% pour les deux élections, selon la télévision publique. Partis d'opposition et ONG ont déployé un demi-million d'observateurs.

RÉSULATS PARTIELS


M. Erdogan menait toujours la course dans le scrutin présidentiel, avec environ 57% des voix après dépouillement de plus de 40% des bulletins, devançant son principal concurrent, le social-démocrate Muharrem Ince, qui récolte 28,4% des voix selon ce décompte partiel publié par l'agence étatique Anadolu.


Aux législatives, l'alliance dominée par le parti islamo-conservateur de M. Erdogan, l'AKP, mène aussi dans le décompte partiel avec quelque 61% des voix après dépouillement d'environ 25% des bulletins.

PCF


Arrestation d'une délégation communiste en Turquie : les explications de Pierre Laurent

ARRESTATIONS


Les trois français, membres de la délégation communiste, ne sont pas les seuls étrangers à avoir été arrêtés :

PREMIERS RÉSULTATS


Erdogan arrive en tête après le dépouillement de près de 20% des bulletins :

- 59,9% des suffrages à la présidentielle

- 55,2% pour son parti, l'AKP, aux législatives

DÉPOUILLEMENT


Les bureaux de vote ont fermé à 17h (15h heure française), l'heure est maintenant au dépouillement :

INCE


Et celles de son principal rival, le social-démocrate Muharrem Ince :

ERDOGAN


En images, le vote du président sortant Erdogan :

URGENT


Les trois membres de la délégation communiste - Christine Prunaud, sénatrice des Côtes d'Armor, Hulliya Turan, secrétaire départementale du Bas-Rhin, et Pascal Torre, membre du secteur des Relations Internationales au PCF - ont été libérés.

PCF


"La délégation du PCF qui séjourne en Turquie à Agri comme observateur des élections présidentielle et législatives a été arrêtée et ses membres ont comparu ce matin devant le procureur de la République", précise le PCF dans un communiqué publié sur son site.

La formation est en contact avec le Quai d'Orsay et espère une libération dans la soirée.


L'agence de presse turque Anatolie a fait état dimanche d'"initiatives judiciaires" dans le sud-est du pays contre dix étrangers - français, italiens et allemands - se présentant comme observateurs mais ne disposant pas d'accréditation.

SOUPÇONS DE FRAUDE

ARRESTATION


Une délégation communiste composée de trois personnes, dont la sénatrice Christine Prunaud, a été arrêtée dimanche à Agri, à l'est de la Turquie. Ses membres étaient venus comme observateurs des élections présidentielles et législatives, a annoncé le PCF dans un communiqué.


"Le pouvoir turc veut ainsi étouffer toutes les voix qui dénoncent les fraudes massives à l'oeuvre, notamment en véhiculant sur Twitter que 'les membres de la délégation seraient de faux observateurs qui tenteraient de manipuler les élections'", a dénoncé le Parti communiste.

IRRÉGULARITÉS ?


Le chef de file du Parti républicain du peuple, Kemal Kilicdaroglu, a déclaré dimanche après avoir voté à Ankara que son parti avait reçu des plaintes au sujet d'irrégularités dans le sud-est de la Turquie.


Le porte-parole de cette formation, Bulent Tezcan, a effectivement expliqué avoir relayé auprès de la commission électorale (YSK) des accusations de bourrages d'urnes et de violences contre des observateurs électoraux dans la province de Sanliurfa. Le président de l'YSK, Sadi Guven, a déclaré de son côté que sa commission était en train de prendre des mesures face aux irrégularités signalées dance cette province, à Suruc.


Le gouvernement n'a pas réagi dans l'immédiat mais Recep Tayyip Erdogan a assuré qu'aucun problème grave ne s'était produit.

Il se présentait à sa propre succession. Ce qui est désormais chose faite. D'après les autorités électorales, Recep Tayyip Erdogan a été réélu dès le premier tour dimanche, étant crédité de plus de 50% des voix, soit la majorité absolue. Une victoire qu'il avait déjà revendiquée dans la soirée malgré les accusations répétées de ses opposants. Ces derniers avaient notamment dénoncé les multiples tentatives de fraudes qui seraient survenues pendant le scrutin.      


D'après l'agence de presse étatique Anadolu, qui fait état d'un taux de participation d'environ 88%, M. Erdogan est arrivé en tête de la présidentielle avec un score de 52,5% après dépouillement de plus de 99% des urnes. Soit plus que son score en 2014 (51,8%). A noter que ces élections marquent le passage du système parlementaire à un régime présidentiel. Lequel permettra de renforcer considérablement les prérogatives du pouvoir exécutif incarné par M. Erdogan. 

L'opposition conteste le résultat

Pourtant, le Parti démocratique du peuple (CHP), principale composante de l'opposition turque, a jugé la proclamation de la réélection du président Erdogan prématurée. Selon les chiffres du mouvement, un second tour (prévu le 8 juillet) est nécessaire pour départager Muharrem Ince et le chef del'Etat sortant.


Avec l'entrée en vigueur de la réforme constitutionnelle, Erdogan peut rester au pouvoir jusqu'à 2028 s'il est réelu.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter