Ce qu'il faut retenir du premier débat entre Clinton et Trump

Ce qu'il faut retenir du premier débat entre Clinton et Trump

ETATS-UNIS - Emploi, baisse d'impôt, racisme, armes à feu... mais aussi personnalités de deux candidats. Ce qu'il faut retenir, en trois points, du premier débat entre Donald Trump et Hillary Clinton, à un peu plus d'un mois de l'élection présidentielle américaine.

Un premier face-à-face plutôt tendu, laissant peu de place aux questions de fond. C'est ce qui a caractérisé, en substance, le premier débat de l'élection présidentielle américaine entre Hillary Clinton et Donald Trump, qui s'est tenu ce mardi à l'université Hofstra, à Hempstead, aux Etats-Unis. 

Voici ce qu'il faut retenir de ce rendez-vous très attendu à un peu plus d'un mois du scrutin.

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Trump promet des baisses d'impôts, Clinton l'accuse de penser d'abord aux riches

Les deux rivaux dans la course à la Maison Blanche ont entamé les hostilités sur les questions de l'économie et de l'emploi. Hillary Clinton a fait valoir un programme économique ciblé sur l'aide aux petites entreprises, quand Donald Trump, lui, a promis des baisses d'impôt. "Ce sera la plus importante baisse d'impôt depuis Reagan, s'est vanté le candidat républicain. Les entreprises vont croître. Il y aura de nouvelles entreprises." 

Son adversaire a ironisé sur ce énième "plan à la Trump". "Nous avons une approche différente sur ce qui est préférable pour nourrir l'investissement et faire croître les emplois. M. Trump a eu beaucoup de chance dans la vie. Il a monté son entreprise avec 14 millions de dollars qu'il a empruntés à son père et il croit qu'en aidant les plus riches il aide le pays. Moi je ne crois pas que ce soit le cas", a attaqué Hillary Clinton. 

Lire aussi

    Racisme, armes à feu et Etat de droit

    La deuxième partie du débat a porté sur des questions plus sociétales : racisme,  divisions entre communautés et brutalités policières. Donald Trump s'est fait l'ardent défenseur de l'Etat de droit, appelant au "respect de la loi et de l'ordre",  insistant sur le soutien qu'il a reçu de la NRA, le puissant lobby des armes à feu et de "la plupart des associations de policiers du pays". Et le Républicain d'attaquer le bilan du président sortant : "Il y a eu 4000 fusillades à Chicago depuis qu'Obama est président. Nous devons rétablir l'Etat de droit (...) Nous devons protéger nos villes. Il faut avoir une politique de fouille au corps." 

    Il faut avoir une politique de fouille au corps- Donald Trump

    "C'est anti-constitutionnel", lui a répondu Hillary Clinton, soulignant que la violence avait été réduite sous le mandat Obama. "Trop d'Afro-américains se sont retrouvés derrière les barreaux. Il nous faut résoudre le racisme systémique", n'a-t-elle pas manqué de répondre.

    Rebondissant sur ce point, le modérateur Lester Holt est revenu sur le fait que le candidat républicain avait longtemps prétendu que Barack Obama n'était pas né aux Etats-Unis. "J'ai incité le président à produire un certificat de naissance et je pense que j'ai bien fait", a répondu Donald Trump avant... de changer de sujet.  Clinton n'a pas manqué de répliquer alors que son rival avait fait sa carrière politique sur ces "mensonges racistes".

    VIDÉO - Impôts, racisme, endettement : Clinton charge Trump

    En vidéo

    Impôts, racisme, endettement : Clinton charge trump, ses trois sorties remarquées lors du débat

    Lire aussi

      Les personnalités des candidats sur le grill

      Les dernières minutes du débat ont fini par dériver sur des questions plus personnelles : les personnalités des deux candidats. "Mon meilleur avantage c'est mon tempérament. Je sais comment gagner, pas elle", a lancé Donald Trump, avant de se permettre une allusion à peine voilée sur la santé de sa rivale, récemment victime d'une pneumonie selon son équipe de campagne. "Elle n'a pas l'endurance, ni le charisme pour être présidente. Il faut être capable de négocier avec le Japon, l'Arabie Saoudite. Je ne crois pas qu'Hillary en soit capable", a-t-il taclé. 

      Ce à quoi Hillary Clinton a répliqué, amusant la salle : "Quand il aura voyagé dans 112 pays et négocié un accord de paix, un cessez-le-feu, la libération de dissidents [...] ou même qu'il aura passé 11 heures à témoigner devant une commission au Congrès, il pourra me parler d'énergie." 

      VIDÉO - "Elle n'a pas l'énergie pour être présidente de ce pays", lance Trump

      En vidéo

      "Elle n'a pas l'énergie pour être présidente de ce pays" : échange tendu entre Trump et Clinton

      Lire aussi

        VIDÉO - Les familles Trump et Clinton au complet pour l'après-débat

        En vidéo

        Les familles Trump et Clinton au complet pour l'après-débat

        VIDÉO - "Le débat le plus agressif de toute l'histoire des débats américains"

        En vidéo

        Trump-Clinton : "Le débat le plus agressif de toute l'histoire des débats américains"

        Sur le même sujet

        Les articles les plus lus

        Covid-19 : en Allemagne, les restrictions contre les non-vaccinés divisent

        Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

        Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

        Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

        Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

        Lire et commenter
        LE SAVIEZ-VOUS ?

        Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

        Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.