Primaires démocrates : Joe Biden veut creuser l'écart sur Bernie Sanders

Primaires démocrates : Joe Biden veut creuser l'écart sur Bernie Sanders

ETATS UNIS - Six Etats dont le Michigan doivent voter mardi, pour les primaires démocrates. Une occasion en or pour Joe Biden, gagnant du "Super Tuesday" la semaine dernière, de prendre le dessus sur Bernie Sanders.

Et si c'était lui ? Après une première partie de campagne dominée par Bernie Sanders, Joe Biden aborde en favori les primaires démocrates à venir. Pas moins de six États doivent voter mardi, dont le Michigan. L'occasion pour l'ancien vice-président de Barack Obama d'éclipser une bonne fois pour toutes son rival socialiste. 

Le vent a en effet tourné depuis le "Super Tuesday", il y a tout juste une semaine. Car Joe Biden est arrivé en tête en Caroline du Sud, puis dans dix des 14 États appelés aux urnes ce jour-là. Depuis, le vétéran de la politique américaine - 77 ans - engrange les ralliements et s'envole dans les sondages : il disposait lundi d'une avance de 16 points sur Bernie Sanders, 78 ans, selon une moyenne des enquêtes d'opinion réalisée par le site RealClearPolitics.

Lire aussi

"Bernie le fou" et "Joe l'endormi"

Le "mini Tuesday" qui se profile dans quelques heures devrait permettre d'y voir plus clair. Tout particulièrement l'élection qui se déroule dans le Michigan, un État industriel de la région des Grands Lacs dans lequel Bernie Sanders avait gagné contre Hillary Clinton en 2016. Quatre ans plus tard, le socialiste a nettement la côte. Selon les derniers sondages, il accuse un retard de 22,5 points en moyenne sur Joe Biden. Pour redonner de l'élan à sa campagne, il lui faudrait aussi rafler la mise dans l'État de Washington, où les électeurs semblent indécis, et peut-être dans l'un des quatre autres États en jeu : Dakota du Nord, Idaho, Mississippi, Missouri.

Si les résultats de cette nouvelle salve de votes ne permettent pas de désigner officiellement le candidat des démocrates pour affronter Donald Trump, ils devraient peser lourd dans la course à l'investiture. Les deux septuagénaires sont en effet les seuls en lice avec l'élue du Congrès Tulsi Gabbard qui s'accroche malgré des résultats confidentiels. Près de trente prétendants ont en effet jeté l'éponge au fil des déconvenues. Autant d'hommes et de femmes qui, pour la plupart, ont rallié le camp Biden. À l'exception d'Elizabeth Warren qui n'a pas fait connaître sa préférence, les anciens grands candidats se sont ralliés à l'ancien vice-président : Michael Bloomberg, Pete Buttigieg, Amy Klobuchar, Kamala Harris et, encore lundi, Cory Booker.

En vidéo

Avantage Biden après le "Super Tuesday"

Tous jugent qu'il est le plus à même de battre Donald Trump et appellent les démocrates au "rassemblement" pour éviter que le milliardaire républicain n'emporte un second mandat. Quel que soit le candidat choisi, Donald Trump, est prêt à en découdre et a déjà affublé ses rivaux potentiels de sobriquets de son choix : "Bernie le fou" et "Joe l'endormi". Ambiance. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Variants du coronavirus : "Le masque artisanal fabriqué chez soi n’offre pas nécessairement toutes les garanties nécessaires", souligne Olivier Véran

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes

Lire et commenter