Primaires démocrates : un "Super Tuesday" plus important que jamais

Description du sujet digitial
International

ETATS UNIS - Pas moins de 14 Etats américains doivent voter le 3 mars pour la primaire démocrate. Un "Super Tuesday" qui, comme tous les quatre ans, devrait donner le ton sur les potentiels top ou flop des prétendants à la course présidentielle.

Le "Super Tuesday" n'a jamais aussi bien porté son nom. Cette journée cruciale des primaires démocrates, durant laquelle plusieurs Etats votent pour élire leur candidat à l'élection présidentielle, va prendre cette année une tournure particulière, la Californie ayant décidé pour la première fois de participer à l'événement dont le sénateur Bernie Sanders apparaît déjà comme favori.

La Californie dans la danse

Le Parti démocrate s'attend en effet à une avalanche de votes le 3 mars, avec une quinzaine d'Etats et de territoires. A titre de comparaison, en 2012, dix Etats avaient voté ce jour-là, tandis qu'en 2008 ils étaient 21. En 2020, ils seront 14. Parmi eux : l'Alabama, les Samoa, l'Arkansas, le Colorado, le Maine, le Massachusetts, le Minnesota, la Caroline du Nord, l'Oklahoma, le Tennessee, l'Utah, le  Vermont et la Virginie. Mais aussi et surtout le Texas, grand pourvoyeur de délégués, tout comme la Californie. Une première : cet Etat très riche en délégués votait d'ordinaire bien plus tard. Mais cette fois-ci, elle a avancé sa primaire au "Super Tuesday". Un choix tout sauf anodin : avec des primaires tenues généralement au mois de juin, peu de temps avant la présidentielle, les dés étaient généralement jetés quand les Californiens votaient aux primaires, républicaines ou démocrates. 

Lire aussi

Une victoire au "Super Tuesday" pour accélérer la campagne

Avec les votes de la Californie, quelque 40% des délégués vont être attribués (sur un total de 3979). Cela devrait permettre d'avoir une idée plus claire de la course. Le nombre de délégués est déterminant car c'est le candidat qui en aura décroché la majorité (au moins 1991) qui sera désigné, lors d'une convention démocrate en juillet, pour défier Donald Trump. Un candidat nommé Bernie Sanders ? 

En vidéo

Sanders : "C'est le début de la fin pour Donald Trump"

C'est en effet là l'autre enjeu de ce 3 mars : savoir si le socialiste parvient à conforter l'avance acquise au cours des trois premières élections (Iowa, New Hampshire et Nevada). Pour le sénateur de 78 ans, une victoire au Super Tuesday permettrait d'accélérer sa campagne, puisque près de la moitié des délégués auront été attribués à cette date, mais aussi de régler la crise qui couve sur son parti. Car la discorde règne entre ses partisans et les tenants d'un discours centriste, jugé plus rassembleur et destiné à l'électorat conservateur.

Cinq candidats encore en lice

Alors qu'ils étaient huit voilà encore quelques jours, trois candidats ont jeté l'éponge ces derniers jours. Les centristes Pete Buttigieg et Amy Klobuchar se sont chacun rallié à Joe Biden, requinqué par son bon score dans le Nevada et sa large victoire en Caroline du Sud, samedi 28 février. Ce qui a permis à l'ex-vice-président de se relancer avant le "Super Tuesday" et de se présenter en alternative crédible au grand favori de la course pour l'instant, le sénateur socialiste Bernie Sanders.

Autre candidat de l'aile droite, le milliardaire Michael Bloomberg se présente en solution anti-Bernie Sanders. Pour lui, dont l'entrée en campagne s'est faite à coups de spots publicitaires coûtant des dizaines de millions de dollars, et en dépit de sondages qui disent le contraire, Bernie Sanders n'a aucune chance contre Donald Trump. L'ancien maire de New York a fait le pari de délaisser les premières primaires démocrates qui apportent un nombre faible de délégués pour l'investiture et de concentrer ses efforts sur le "Super Tuesday".

Parmi les autres candidats encore officiellement dans la course de ces primaires démocrates, la sénatrice Elizabeth Warren, qui multiplie les 4e et 5e places dans les primaires, malgré un talent oratoire indéniable, mais qui paye l'absorption des voix de la gauche par Bernie Sanders et jouera très gros ce mardi. Enfin, la représentante de Hawai Tulsi Gabbard n'a, elle, pas encore remporté de délégué. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent