Prix Nobel de la paix : et les favoris sont...

DirectLCI
NOBEL - Un an après le président colombien Juan Manuel Santos, observateurs et parieurs ont fait leurs pronostics pour l’attribution du prix Nobel de la paix 2017. La lutte anti-nucléaire et "l’homme qui répare les femmes" sont donnés favoris.

Ils sont 318 candidats, pour un Nobel de la paix. Du moins, si celui-ci est décerné (depuis sa création en 1901, le prix n’a pas été donné à 19 reprises, faute d’unanimité). Et malgré le secret qui doit régner autour des prétendants durant 50 ans, les parrains et les observateurs ont donné suffisamment d’indications pour laisser entrevoir une liste de favoris.

La lutte anti-nucléaire

Selon nos confrères d’Europe 1, la lutte anti-nucléaire pourrait être récompensée. Une décision de circonstance, à l’heure où les tensions autour de l’arme atomique s’amplifient (Corée du Nord, Iran). Asle Sveen, historien du prix Nobel, pencherait alors pour un trio gagnant, composé de John Kerry, ex-secrétaire d’Etat américain, Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne, et Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne.


Dans le même esprit, mais sans récompenser la classe politique, le comité Nobel pourrait choisir de distinguer la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), formée de plusieurs ONG dans le monde. 122 pays ont signé un traité d’interdiction de l’arme atomique sous son impulsion, mais les neuf puissances nucléaires étant absentes, sa portée avant tout symbolique est une faiblesse.

Les Casques blancs syriens

Ils sont les favoris des bookmakers, détaillent Les Echos. Les secouristes bénévoles de la Défense civile syrienne, baptisés Casques blancs, ont marqué la population mondiale par leur action dans une Syrie dévastée par la guerre civile. Présents depuis 2013 et forts aujourd’hui de 3.000 volontaires, ils revendiquent le sauvetage de 62.000 personnes. Dans les décombres, sous les bombes, ils viennent en aide aux victimes des frappes du régime de Damas. Ils faisaient déjà partie des favoris l’année dernière.

Denis Mukwege, "l’homme qui répare les femmes"

Lui aussi donné parmi les favoris l’année dernière, comme les années précédentes, Denis Mukwege est un gynécologue congolais venant en aide aux femmes victimes de viols collectifs. Il a créé un hôpital à Panzi, où 50.000 femmes ont été prises en charge par ses soins depuis 1999. Il est également engagé pour faire reconnaitre le viol comme une arme de guerre.

Raif Badawi

Emprisonné en Arabie Saoudite depuis 2012, il avait publié un post sur son blog où il dénonçait la dictature de la charia dans son pays, critiquait la police religieuse et appelait à mettre un terme à l’influence de la religion sur la vie des Saoudiens. Raif Badawi s’était également prononcé en faveur du respect des Droits de l’homme. Il a écopé de 10 ans de prison.

Et aussi…

Mise en lumière par son opposition aux décrets migratoires de Donald Trump, l’association américaine American civil liberties union a elle aussi les faveurs des bookmakers. Elle est parvenue à deux reprises à faire bloquer les décrets par les tribunaux. Le Pape François est lui aussi placé parmi les favoris, pour ses nombreuses actions depuis son élection, et notamment son engagement en faveur des migrants. Jo Cox, députée britannique assassinée juste avant le Brexit, pourrait elle aussi recevoir le prix Nobel de la paix à titre posthume, selon les parieurs. Elle s’était engagée contre la guerre en Syrie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter