Taylor Swift face au DJ qu'elle accuse d'agression sexuelle : un procès pour toutes les victimes

International

JUSTICE - Le procès d'un DJ américain accusé d'avoir sexuellement agressé la chanteuse Taylor Swift s'est ouvert lundi 7 août. La chanteuse ne réclame qu'un dollar symbolique mais souhaite que sa plainte serve d'exemple aux autres victimes d'attouchements.

Le procès s'est ouvert, lundi 7 août, à Denver (Colorado, Etats-Unis) et il est prévu pour durer neuf jours. Sur le banc des prévenus, un DJ répondant au nom de David Mueller comparaît pour agression sexuelle. Côté partie civile, la chanteuse et pop-star Taylor Swift, qui a fait le déplacement aux côtés de ses avocats.

Les faits remontent au 2 juin 2013. Avant un concert, la chanteuse, alors âgée de 23 ans, participe à une séance photo en compagnie du DJ, qu'elle accuse de lui avoir attrapé les fesses sous sa robe. A l'époque, l'animateur nie en bloc, ce qui ne l'empêche pas de perdre son emploi, deux jours plus tard, auprès de la radio locale qui l'employait.

Un dollar symbolique en guise de dédommagement

Il choisit alors de contre-attaquer. Et porte plainte, contre Taylor Swift, en septembre 2015. Son argument ? Celle-ci aurait dû appeler la police plutôt que de prévenir ses patrons. Selon lui, la star est responsable de la perte de son emploi et de ses revenus. 

En vidéo

La chanteuse américaine Taylor Swift fait plier Apple

C'est à ce stade de l'histoire que l'auteure et interprète de "Shake it off" décide officiellement de saisir la justice. Elle dépose plainte au mois d'octobre 2015 pour "agression sexuelle". Selon l'AFP, sa plainte souligne qu'elle "a été forcée de commencer un concert d'une heure devant 13.000 fans en étant encore en détresse après avoir été touchée de façon si inappropriée". 

Durant ce premier jour de procès, le tribunal a procédé à la sélection des jurés. Le fond de l'affaire ne devrait être abordé qu'à partir de ce mardi. En dédommagement, Taylor Swift ne réclame qu'un dollar symbolique mais soutient qu'elle souhaite servir d'exemple aux autres femmes victimes d'agression sexuelle qui n'oseraient pas porter plainte. Par ailleurs, en février 2016, la jeune femme avait fait don de 250.000 dollars à la chanteuse Kesha qui venait de perdre son procès contre son producteur qu'elle accusait de viol. 

Pour rappel, aux Etats-Unis, selon des statistiques de 2011 du Center for disease control and prevention, une femme sur quatre a été victime de violences physiques graves au cours de sa vie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter